Vous êtes ici: Jeunes Interview du mois

« Elargis ton cœur ! »
Tu es invité au cœur d’une rencontre, d’une conversation où une sœur interroge une personne de passage à l’abbaye sur sa façon de vivre la foi, de témoigner de l’amour du Christ et de l’Eglise dans sa vie quotidienne.


Aujourd’hui, Agnès

Aujourd’hui, je rencontre Agnès.

Sœur Marie-Benoît : Bonjour Agnès, peux-tu te présenter à nos jeunes internautes ?
Agnès : Bonjour, je m’appelle Agnès, j’ai 27 ans. J’ai étudié à Bordeaux à l’école d’agro option économie. En revenant d’une retraite au Foyer de Charité de Châteauneuf de Galaure j’ai senti le désir de consacrer ma vie au Seigneur. Une vie de prière et de service en parallèle de ma vie professionnelle ne me suffisait pas… J’ai eu la confirmation de mon appel à la vie religieuse et ai découvert Sainte Marie du Rivet ! J’ai pris une année sabbatique pour un an de discernement (propédeutique) au Rivet !

Sœur Marie-Benoît : L’amitié a-t-elle une place importante dans ta vie ? Peux-tu dire ce qu’est l’amitié ?
Agnès : L’amitié a une grande place dans ma vie, elle me fait grandir. J’aime cette phrase de Saint-Exupéry : « S’aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction. » L’amitié nous apprend à nous connaître nous-mêmes par le regard bienveillant de quelqu’un qui nous connaît en vérité et qui nous aime gratuitement. Elle nous décentre de nous-mêmes, nous ouvre aux autres, à la vie. Un ami fidèle est un vrai trésor. J’ai mieux compris la foi chrétienne et l’amour de Dieu à travers mes amitiés.

Sœur Marie-Benoît : Y a-t-il un épisode dans l’Évangile que tu aimes ? Peux-tu nous en dire quelques mots ?
Agnès : L’épisode des « disciples d’Emmaüs » me touche particulièrement. Jésus ressuscité et encore incognito remonte le moral de ces deux hommes qui rentrent tout désappointés de Jérusalem après la mort du Messie : tous leurs rêves ont été cloués à la croix avec celui qu’ils suivaient… Jésus, comme un ami, prend le temps de faire un bout de route avec eux, leur réexplique les Ecritures, et se laisse inviter à dîner avec eux. Ce passage nous montre aussi la délicatesse de Dieu qui se rend proche de nous par l’Incarnation de sa divinité. Ce soir-là à Emmaüs, c’est la manière dont Jésus a béni et partagé le pain qui a ouvert les yeux de ses compagnons. Mais l’ami est discret, et c’est à son départ que notre cœur prend conscience de ce qu’il a si délicieusement goûté en sa présence « notre cœur n’était-il pas brûlant d’amour tandis qu’il nous parlait ? ». Jésus est toujours présent mais il ne tient qu’à nous de lui demander « Reste avec nous, Ressuscité ! »

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce que tu vois de beau à l’œuvre dans l’Église?
Agnès
: Je suis touchée de voir l’humilité et la force de l’Eglise en reconnaissant les torts de certains de ses membres dans les affaires qui l’affectent et la purifient en ce moment. Elle doit rester dans le monde le signe du Royaume des Cieux. L’Esprit Saint agit aussi dans le cœur de personnes qui sont loin de l’Eglise, grâce aux initiatives des paroisses. Ces personnes font une rencontre qui change leur vie, et demandent les sacrements ! Je crois que nous devons continuer à témoigner de notre Foi, ne serait-ce que par notre façon de vivre, en cohérence avec l’Evangile.

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce que tu vois de beau à l’œuvre dans le monde ?
Agnès : Le monde est secoué par des crises. A chaque époque son lot de défis à relever… Je loue le courage du personnel médical, des chercheurs, des politiques, des associations etc. qui travaillent à la défense de la vie et de la famille, dans un monde qui cherche à détruire la cellule de base de la société. Parallèlement aux scandales liés aux migrations en ce moment, je vois de beaux témoignages de personnes qui ont su de manière désintéressée et intelligente aider quelques unes de ces personnes en détresse. De belles initiatives apparaissent à l’échelle locale, que ce soit dans le domaine environnemental, social ou économique, prions pour que les gouvernements aient le courage de revenir ensemble à une gestion cohérente de leurs Etats pour le bien commun...

Sœur Marie-Benoît
: Qu’est-ce qui te paraît important de dire à des jeunes en recherche de sens ?
Agnès : N’oublie pas qui tu es : une merveille de Dieu ! Ne vis pas une vie au rabais comme la société nous y pousse mais vis tes rêves sans crainte… Si tu ne connais pas Dieu, demande qu’on te parle de lui, il se laisse trouver et n’attend que ta visite !

Sœur Marie-Benoît : Quelle est ta recette du bonheur?
Agnès : Je trouve mon bonheur à mettre toute ma confiance en Dieu, il connaît mes besoins et y pourvoit comme un Père attentif. Avec une bonne dose d’amitié et de famille, une pincée d’humour et de folie ; )

Sœur Marie-Benoît : Quelle parole de sagesse ou autre, souhaites-tu partager à nos internautes ?
Agnès : J’aimerai partager cette citation du Pape François "Ayez le courage d'aller à contre-courant. Et ayez aussi le courage d'être heureux ! "