Vous êtes ici: Jeunes Interview du mois

« Elargis ton cœur ! »
Tu es invité au cœur d’une rencontre, d’une conversation où une sœur interroge une personne de passage à l’abbaye sur sa façon de vivre la foi, de témoigner de l’amour du Christ et de l’Eglise dans sa vie quotidienne.


Aujourd’hui, je rencontre Jacqueline


Sœur Marie-Benoît : Bonjour Jacqueline, pouvez-vous vous présenter à nos jeunes internautes ?

Jacqueline : Bonjour, Je suis une heureuse maman de 2 grands enfants et une joyeuse mamie de 4 petits enfants. A la fois très active et engagée, en particulier dans ma paroisse, mais aussi de nature contemplative, avec une véritable soif de paix intérieure et de silence, d’approfondissement de ma Foi que je réalise dans l’étude de la parole de Dieu au travers de la lectio divina (à l’abbaye du Rivet), dans l’oraison, l’adoration. Je participe également à un groupe de prières et de louanges, et j’ai rejoint récemment un groupe de fraternité marianiste, car Marie occupe une place importante dans ma vie de foi.

Sœur Marie-Benoît : L’amitié a-t-elle une place importante dans votre vie ? Pouvez-vous dire ce qu’est l’amitié ?

Jacqueline : oui, l’amitié occupe une place très importante dans ma vie. J’ai la grande chance de la vivre depuis ma tendre enfance, et récemment encore avec des personnes très diverses (par leur âge, leur religion, leur situation personnelle), physiquement proches, ou quelquefois très éloignées. La distance n’est pas un obstacle. L’amitié se vit aussi dans le cœur, dans les pensées, et les prières... Une amitié vraie et sincère se donne pour toujours. C’est un sentiment partagé par des personnes qui ressentent plus particulièrement l’envie de se rapprocher, de se connaitre plus en profondeur, et qui s’apprécient tout en respectant leurs différences. L’amitié se « dit », bien sûr, par des regards, des sourires, des mots, des petits gestes, mais je crois par-dessus tout qu’elle se « vit » par la découverte de l’autre, l’attention plus particulière qu’on lui porte, les moments partagés, par la présence fidèle et discrète lorsque l’ami traverse une épreuve, par une oreille attentive à ses besoins et ses attentes. L’amitié est un cadeau précieux de Dieu.

Sœur Marie-Benoît : Y a-t-il un épisode dans l’Évangile que vous aimez particulièrement ? Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Jacqueline : Je suis tout particulièrement touchée par la parabole de la brebis, dans l’évangile de saint Luc. Catholique depuis toujours par tradition familiale, je me suis cependant éloignée de l’église pendant de très nombreuses années (mais ma Foi était toujours là). Je fus donc une brebis perdue, sans berger et sans troupeau auxquels me rattacher. Puis est survenu dans ma vie un évènement très douloureux qui a bouleversé ma vie personnelle. Je me suis alors re-tournée vers le Seigneur. Il m’a entendu l’appeler, m’a retrouvée, m’a portée, et doucement ramenée dans son troupeau. Le Seigneur m’a guérie de cette blessure profonde, et je chemine maintenant en convertie heureuse et joyeuse.

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce que vous voyez de beau à l’œuvre dans l’Église?

Jacqueline : Tout le peuple des baptisés, guidé par l’Esprit Saint et ouvert à la Parole de Dieu, car c’est elle qui nous pousse à plus de fraternité et d’unité, à l’accueil de nos frères, à un plus grand respect et à une plus grande humanité, au partage, au pardon, à l’amour, à la charité. Notre pape François et nos prêtres nous y invitent sans cesse. Nous pouvons mettre cette parole en œuvre de bien des façons pour réaliser tout cela, grâce à la présence du Christ en nous, et à tous les services que l’Eglise nous propose pour nous mettre au service de nos frères.

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce que vous voyez de beau à l’œuvre dans le monde ?

Jacqueline: Les jeunes chrétiens du monde entier qui se rassemblent tous ensemble pour prier et louer le Christ lors des JMJ, les adultes toujours plus nombreux qui demandent le baptême, la communion, la confirmation, l’accueil des migrants et des exilés, l’entraide des pays jamais aussi belle et forte que lors de catastrophes humanitaires, les moines et moniales qui prient et louent le Seigneur jour et nuit, partout dans le monde et pour le monde. Et enfin, tous les hommes et femmes de bonne volonté dont on ne parle pas et qui réalisent tant de belles choses pour un monde meilleur.

Sœur Marie-Benoît : Qu’est-ce qui vous paraît important de dire à des jeunes en recherche de sens ?

Jacqueline : Prenez du temps pour Dieu. Oubliez pendant quelques instants vos smartphones, vos ordis, le bruit et l’agitation qui encombrent vos vies. Cherchez-Le dans un lieu de paix, comme un monastère, ou tout autre endroit paisible, car on ne peut trouver Dieu que dans le silence. Laissez-vous toucher par sa Parole. Ouvrez-lui votre cœur. La rencontre sera alors possible.

Sœur Marie-Benoît : Quelle est votre recette du bonheur?

Jacqueline : Pour moi, le bonheur est dans la jouissance de beaux moments tout simples : un moment d’amitié partagé, la nature qui s’éveille, un sourire, une rencontre, un lever de soleil, la beauté de la création, un livre lu devant un feu de bois, un jeu avec mes petits enfants, une réunion de famille ou d’amis, une belle fête etc. Il est accessible à tous, pour peu que l’on sache le repérer, l’accueillir dans sa simplicité et l’apprécier.

Sœur Marie-Benoît : Quelle parole de sagesse ou autre, souhaitez-vous partager à nos internautes ?

Jacqueline : « Demandez, et l’on vous donnera, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira (st LUC11, 9).