Jeudi 1er juillet

« Guetteur de l'aube,
À l’affût de Dieu,
Sais-tu
Qu'il guette au plus noir de toi
Une aurore ?

Chercheur d'eau vive,
Pèlerin de Dieu,
Sais-tu
Qu'il cherche au plus dur de toi
Une source ?

Mendiant sans force,
Mains tendues vers Dieu,
Sais-tu
Qu'il aime au plus creux de toi
La faiblesse ?

Voleur de grâce,
Affamé de Dieu,
Sais-tu
Qu'il met au plus fou de toi
Le partage ?

Joueur de flûte,
Amoureux de Dieu,
Sais-tu
Qu'il est au plus sien de toi
La prière ? »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus monta en barque, refit la traversée, et alla dans sa ville de Capharnaüm. Et voici qu’on lui présenta un paralysé, couché sur une civière. Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés. » Et voici que certains parmi les scribes se disaient : « Celui-là blasphème. » Mais Jésus, connaissant leurs pensées, demanda : « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ? En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien dire : “Lève-toi et marche” ? Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés… – Jésus s’adressa alors au paralysé – lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison. » Il se leva et rentra dans sa maison. Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes »
Matthieu 9

Tu as voulu, Seigneur, qu’en recevant, ta grâce nous devenions des fils de lumière ; ne permets pas que l’erreur nous plonge dans la nuit, mais accorde-nous d’être toujours rayonnants de ta vérité. Amen.

Vendredi 2 juillet

« Dès le matin, Seigneur,
Ta Parole, comme une source,
Coule dans notre cœur
Et nous murmure ta Présence.

Dès le matin, Seigneur,
Ta Parole, comme la manne,
Nourrit les baptisés
Du Pain de Vie de ton Alliance.

Dès le matin, Seigneur,
Ta Parole, comme une épée,
Tranche, pour libérer
De toute mort nos existences.

Jusqu’au Matin, Seigneur,
Ta Parole, comme une flamme,
Guide tous tes enfants
Sur le chemin de la Rencontre »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de collecteur d’impôt. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice . En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs »
Matthieu 9

Que ta grâce inspire notre action, Seigneur, et la soutienne jusqu'au bout, pour que toutes nos activités prennent leur source en toi et reçoivent de toi leur achèvement. Amen.

Samedi 3 juillet – St Thomas

« Le Vivant sort du silence,
Il répond montrant ses plaies
Le défi est relevé.
Viens plus près !
Son corps blessé
Par les clous et par la lance
Te rendra la paix :
Reconnais ton Seigneur.

La Parole contredite,
La Parole mise en croix,
Est ici, ressuscitée.
Touche et vois !
Pourquoi douter
De la joie qui te visite
Et s'écrie en toi :
Mon Seigneur et mon Dieu !

Le Vainqueur, parmi tes frères,
Portes closes, te rejoint,
Il t'appelle à sa moisson.
Pars au loin !
Beaucoup croiront,
Dans la nuit, à la lumière
De celui qui vient,
Leur Seigneur et leur Dieu ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« L'un des Douze, Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), n'était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l'endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d'eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d'être incrédule, sois croyant. » Thomas lui dit alors : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu »
Jean 20

En ce jour où nous célébrons l’apôtre saint Thomas, accorde-nous, Dieu tout-puissant, de reprendre courage ; fais que nous ayons la vie en comprenant à notre tour que Jésus Christ est Seigneur. Amen.

Dimanche 4 juillet – 14ème T. O.

« Soleil des âges,
Lumière qui survient de l’avenir,
Tu nous arraches de la nuit
Et nous allons à la splendeur
De ta rencontre.
À ton appel
Que chacun puisse dire :
« Je suis en liesse
De la promesse ! »

Soleil de l’âme,
Parole devenue rosée du ciel,
Tu ensemences notre vie
Et nous laissons mûrir le grain
En ton silence.
À la moisson
Que chacun puisse dire :
« Mes jours s’élancent
Vers ton alliance ! »

Soleil du monde,
Aurore du veilleur déjà levée,
Tu es l’espace pour le chant
Et nous naissons de ton regard
Inépuisable.
À ta venue
Que chacun puisse dire :
« Je m’ensoleille
De tes merveilles »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et ses disciples le suivirent. Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. De nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ? N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa parenté et sa maison. » Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. Et il s’étonna de leur manque de foi. Alors, Jésus parcourait les villages d’alentour en enseignant »
Marc 6

Dieu qui as relevé le monde par les abaissements de ton Fils, donne à tes fidèles une joie sainte : tu les as tirés de l'esclavage du péché ; fais-leur connaître le bonheur impérissable. Amen.

Lundi 5 juillet

« Le chant nouveau que tu appelles,
Dieu créateur de l’univers,
Que ton Esprit le fasse naître,
Qu’il nous éveille
A la louange de ton nom !

C’est lui la voix qui intercède
Mais ne dit pas quel est son nom,
C’est lui qui met au fond de l’être
Ton nom de Père
Puis d’un murmure fait un chant.

C’est lui encor qui s’émerveille
En proclamant « Jésus, Seigneur !» :
Alors les hommes se souviennent
De l’aube en fête
Où tu relèves le Vivant.

Chaque parole de ton Verbe,
Et chaque signe qu’il a fait,
Il les embrase de lumière
Pour qu’ils éclairent
Notre chemin jusqu’à ton Jour.

Le chant nouveau que tu appelles,
Dieu créateur de l’univers
Nous l’accueillons de ta tendresse ;
Fais qu’il s’élève
Dans le grand souffle de l’Esprit »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, tandis que Jésus parlait aux disciples de Jean le Baptiste, voilà qu’un notable s’approcha. Il se prosternait devant lui en disant : « Ma fille est morte à l’instant ; mais viens lui imposer la main, et elle vivra. » Jésus se leva et le suivit, ainsi que ses disciples. Et voici qu’une femme souffrant d’hémorragies depuis douze ans s’approcha par derrière et toucha la frange de son vêtement. Car elle se disait en elle-même : « Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. » Jésus se retourna et, la voyant, lui dit : « Confiance, ma fille ! Ta foi t’a sauvée. » Et, à l’heure même, la femme fut sauvée. Jésus, arrivé à la maison du notable, vit les joueurs de flûte et la foule qui s’agitait bruyamment. Il dit alors : « Retirez-vous. La jeune fille n’est pas morte : elle dort. » Mais on se moquait de lui. Quand la foule fut mise dehors, il entra, lui saisit la main, et la jeune fille se leva. Et la nouvelle se répandit dans toute la région »
Matthieu 9

Tu demandes à l’humanité, Dieu créateur, de se perfectionner de jour en jour et d’achever par son travail l’œuvre immense de la création ; aide-nous à faire que tous les hommes aient des conditions de travail qui respectent leur dignité : qu’en s’efforçant d’améliorer leur propre sort, ils agissent avec un esprit de solidarité et de service. Amen.

Mardi 6 juillet – Ste Godelieve

« Dieu de silence, tu appelles
Dans les pages du Livre.
Les mots de vie nous redisent
De quel amour tu nous aimes.

Qui peut comprendre ta parole
S'il n'est prêt à répondre ?
Fais que la source d’eau vive
Nous fortifie de sa grâce.

Toi qui sans cesse te révèles,
Aujourd’hui tu t’approches.
Que l'Esprit donne à l'Eglise
De proclamer ta louange !

Monte vers toi l'action de grâce
Dont tressaille ton Verbe :
C’est lui qui ouvre le Livre
Où resplendit sa présence »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, voici qu’on présenta à Jésus un possédé qui était sourd-muet. Lorsque le démon eut été expulsé, le sourd-muet se mit à parler. Les foules furent dans l’admiration, et elles disaient : « Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël ! » Mais les pharisiens disaient : « C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. » Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant l’Évangile du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité. Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion envers elles parce qu’elles étaient désemparées et abattues comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson »
Matthieu 9

Que notre prière du soir monte jusqu'à toi, Seigneur, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant ; que descende sur nous ta bénédiction, afin qu'avec ton aide, dès maintenant et pour toujours, nous soyons sauvés. Amen.

Mercredi 7 juillet

« Offrir ce jour
À celui qui nous l'a confié.
Offrir la peine et la joie confondues,
Et oublier l'offrande
Pour regarder
Celui qui veut encor donner.

Porter vers lui
Toute chair, tout esprit blessés :
Sa main relève et son ombre guérit,
Elle a couvert le monde
Si doucement
Que nul ne l'aura vu passer.

Louer le Nom
Que tout nom tient en lui scellé.
S'unir au chant que lui voue tout vivant,
Et faire en Dieu silence
Pour que sans mots
Nos vies parlent aussi de lui »

Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)
« En ce temps-là, Jésus appela ses douze disciples et leur donna le pouvoir d’expulser les esprits impurs et de guérir toute maladie et toute infirmité. Voici les noms des douze Apôtres : le premier, Simon, nommé Pierre ; André son frère ; Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère ; Philippe et Barthélemy ; Thomas et Matthieu le publicain ; Jacques, fils d’Alphée, et Thaddée ; Simon le Zélote et Judas l’Iscariote, celui-là même qui le livra. Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin qui mène vers les nations païennes et n’entrez dans aucune ville des Samaritains. Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche »
Matthieu 10

Augmente en nous la foi, Seigneur : fais-nous la grâce de tenir, dans ce monde, notre devoir de louange et de service. Amen.

Jeudi 8 juillet

« Le matin s'est levé
Sur le monde en détresse.
Prenons en Dieu notre jour !
Il vient habiter la souffrance :
Qu'il entende aujourd'hui
Notre cri !

Chaque temps est donné
Pour mûrir la promesse.
Prenons à Dieu notre jour !
Il vient soutenir l'espérance :
Qu'il nous tourne aujourd'hui
Vers la vie !

Bienheureux l'exilé
Dont la soif est l'ivresse.
Prenons à Dieu notre jour !
Il vient accomplir son alliance.
Qu'il nous tienne aujourd'hui
Dans l'Esprit ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures, ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture. Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez là jusqu’à votre départ. En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous. Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds. Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville »
Matthieu 10
Seigneur, Père très saint, tu as voulu que ton propre Fils soit la rançon de notre salut ; accorde-nous de vivre avec lui si bien que notre communion à ses souffrances nous fasse ressentir les effets de sa résurrection. Amen.

Vendredi 9 juillet

« Dans notre cœur la vigilance,
Lampe allumée par le Seigneur,
Se renouvelle dans sa flamme
Au chant commun de notre joie.

Que veille en nous l'action de grâce,
Comme la fleur de l'amandier,
Qui la première au loin regarde
L'été venir et sa moisson.

Que notre amour et sa louange
Soient les deux ailes du matin
Qui se déploient dans la prière
Et nous emportent loin de nous.

Voici l'Époux qui nous appelle,
Courons aux noces de l'Agneau.
Mais que la route paraît longue :
Quand poindras-tu, dernier matin ?»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Voici que moi, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et candides comme les colombes. Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez conduits devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé. Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Amen, je vous le dis : vous n’aurez pas fini de passer dans toutes les villes d’Israël quand le Fils de l’homme viendra »
Matthieu 10

Dieu qui nous as fait parvenir au début de ce jour, sauve-nous aujourd’hui par ta puissance : que nos cœurs ne s’abandonnent pas au péché mais que, par nos pensées, nos paroles et nos actes, nous cherchions la justice du Royaume. Amen.

Samedi 10 juillet – Bhse Vierge Marie

« En toi, sainte Vierge Marie,
S'éveille la source de la vie
Bénie sois-tu, Arche d'alliance !
Du Père tu dis la présence.

En humble séjour tu enfantes
Le Roi dont la gloire éclatante
Se cache au regard des puissances.
Du Père, tu dis l'innocence.
Tu veilles au repas de la noce.
Qu'importe si l'heure est précoce !
Ta joie est toute obéissance.
Du Père, tu dis l'abondance.

Ton cœur transpercé se rappelle
Les mots du prophète fidèle.
Au pied de la Croix Ta présence
Du Père, tu dis la souffrance.

Marie que les anges couronnent,
Sourire d'un Dieu qui pardonne,
Allège le poids de l'offense.
Du Père, dis-nous la clémence »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Le disciple n’est pas au-dessus de son maître, ni le serviteur au-dessus de son seigneur. Il suffit que le disciple soit comme son maître, et le serviteur, comme son seigneur. Si les gens ont traité de Béelzéboul le maître de maison, ce sera bien pire pour ceux de sa maison. Ne craignez donc pas ces gens-là ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits. Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux. Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux. Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux »
Matthieu 10

Sois attentif, Seigneur, à la louange et à la prière que nous te présentons aujourd’hui en faisant mémoire de la Vierge Marie : rends-nous capables d’accueillir comme elle le mystère de notre rédemption. Amen.

Dimanche 11 juillet – St Benoît

« Vivre à Dieu seul
Et se tenir en sa présence,
Tout quitter pour atteindre la paix,
Choisir le silence
Pour saisir la Parole,
Pour être ce disciple aux aguets
D'un mot, d'un ordre…

Fuir au désert,
Mais rassembler dans la louange,
Consentir à toujours commencer,
Traduire en patience
Le désir du Royaume,
Pouvoir être trahi sans cesser
De croire aux hommes…

Voir l'univers
À sa mesure véritable,
L'univers comme un point lumineux,
Léger grain de sable
Que l'amour transfigure,
Savoir que toute chose est en Dieu
Précieuse et pure…

Craindre sans peur,
Dans l'abandon de tout son être,
N'avoir rien de plus cher que le Christ,
Servir le seul Maître
Dont le joug rende libre :
Ainsi, dans la douceur de l'Esprit,
Benoît se livre»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Les Apôtres en arrivèrent à se quereller : lequel d’entre eux, à leur avis, était le plus grand ? Mais il leur dit : « Les rois des nations les commandent en maîtres, et ceux qui exercent le pouvoir sur elles se font appeler bienfaiteurs. Pour vous, rien de tel ! Au contraire, que le plus grand d’entre vous devienne comme le plus jeune, et le chef, comme celui qui sert. Quel est en effet le plus grand : celui qui est à table, ou celui qui sert ? N’est-ce pas celui qui est à table ? Eh bien moi, je suis au milieu de vous comme celui qui sert »
Luc 22

Dieu qui as fait de saint Benoît un maître spirituel pour ceux qui apprennent à te servir, permets, nous t’en prions, que sans rien préférer à ton amour, nous avancions d'un cœur libre sur les chemins de tes commandements. Amen.

Lundi 12 juillet

« Dans le matin qui se lève
Nous sommes devant toi,
Louant ton nom de Père,
Et notre aube se tourne
Vers la source cachée
De la lumière.

Quand le plein jour illumine
Nous sommes devant toi,
Soleil qui nous fascines ;
L'univers te rend gloire
Et l'Esprit dans nos cœurs
Poursuit son hymne.

Quand sur nous l'ombre s'avance
Nous sommes devant toi,
Vivant de ton silence,
Mais nos chants vont renaître
En réponse d'amour
À ta présence.

Et quand la nuit étincelle
Nous sommes devant toi,
Clarté originelle ;
Nos louanges célèbrent
Au-delà de ce temps
L'aube éternelle.

Déjà s'approche ton heur
Nous sommes devant toi,
Tournés vers ta demeure,
Le cœur prêt à répondre
Quand la source dira :
« Viens vers le Père ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Oui, je suis venu séparer l’homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère : on aura pour ennemis les gens de sa propre maison. Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la trouvera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. » Lorsque Jésus eut terminé les instructions qu’il donnait à ses douze disciples, il partit de là pour enseigner et proclamer la Parole dans les villes du pays »
Matthieu 10 & 11

Seigneur, tu nous fais maintenant la grâce de ta louange ; accorde-nous de pouvoir te chanter avec tous les saints éternellement. Amen.

Mardi 13 juillet

« Ce jour de chaque jour,
Qu'il nous vienne, Seigneur,
Comme un fruit de l'amour.

Et voici que le temps
N'a plus même saveur :
Il mûrit notre enfance
En promesse intérieure

Ce jour de chaque jour,
Qui l'accueille, Seigneur,
Devient hôte à son tour.

Et voici que le temps
N'a plus même couleur :
L'arc-en-ciel de l'alliance
Illumine nos heures

Ce jour de chaque jour
Nous emporte, Seigneur,
Comme un flot sans retour

Et voici que le temps
N'a plus même rumeur
Une source nous hante,
En silence elle affleure.

Ce jour de chaque jour,
Nous le portons, Seigneur,
Jusqu'au seuil de ton Jour.

Et voici que le temps
N'a plus même épaisseur :
Faudrait-il dans l'attente
Établir sa demeure ? »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)


« En ce temps-là, Jésus se mit à faire des reproches aux villes où avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu’elles ne s’étaient pas converties : « Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, ces villes, autrefois, se seraient converties, sous le sac et la cendre. Aussi, je vous le déclare : au jour du Jugement, Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous. Et toi, Capharnaüm, seras-tu donc élevée jusqu’au ciel ? Non, tu descendras jusqu’au séjour des morts ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, cette ville serait encore là aujourd’hui. Aussi, je vous le déclare : au jour du Jugement, le pays de Sodome sera traité moins sévèrement que toi »
Matthieu 11

Seigneur, répands ta lumière dans nos esprits, pour que nous soyons toujours fidèles à te servir, puisque c’est toi qui nous as créé dans ta sagesse et qui nous diriges avec amour. Amen.

Mercredi 14 juillet

« Nul n'a jamais vu Dieu,
Nul ne sait qu'il est Père,
Mais Jésus nous l'a révélé
Et l'homme apprend qu'il est aimé.

Nul ne connaît le Fils,
Nul n'en sait le mystère,
Mais Celui qui l'a engendré
Partage aux humbles son secret
Nul ne connaît son cœur,
Nul n'en sait la misère,
Mais l'Esprit vient pour l'habiter,
Combler enfin sa pauvreté.
Nul ne saurait unir
Les enfants de la terre,
Mais l'amour vient pour emporter
Nos peurs au vent de liberté »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler »
Matthieu 11

Fais luire à nos yeux ta lumière, Seigneur, pour que nous marchions au chemin de ta loi sans aucun risque de nous égarer. Amen.

Jeudi 15 juillet – St Bonaventure

« Ne crains pas, petit troupeau
qui transhumes vers le Père,
Jésus Christ te mène
Par les hommes de son choix.

De l’orient à l’occident,
Sans que rien ne les arrête,
Sur les pas du Maître
Ils rassemblent les brebis.

Les amis du Bon Berger
Ne sont pas des mercenaires:
Nuit et jour ils veillent
Et combattent l’Ennemi.

L’Esprit Saint les a remplis
De la force des Apôtres
Et leur voix t’exhorte
A marcher sans défaillir.

Dieu te donne par leurs mains
Le ferment de l’Évangile
Et le Pain de vie:
Tu deviens le Corps du Christ.

Le Seigneur passe avec toi
Dans l’exode vers le Père,
Son amour te mène,
Ne crains pas petit troupeau »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme . Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger »
Matthieu 11

Accorde-nous, Dieu tout-puissant, tandis que nous célébrons l’anniversaire de saint Bonaventure, de mettre à profit les richesses de son enseignement, et de prendre en exemple sa brûlante charité. Amen.

Vendredi 16 juillet – N. D. du Mont Carmel

«Vierge, tu es la terre sainte
Où le Fils de Dieu prend ses délices
Vers toi il s’élance, lui le Roi des rois :
Tu es celle qu’il choisit.

Femme, surgie comme l’aurore,
Le soleil levant est ta parure;
Tu vas sur les traces de ton Bien-Aimé,
Son regard t’a donné vie.

Sainte, tu fais la joie des anges,
Fleur de paradis sur notre terre !
Ton parfum s’élève d’un jardin bien clos :
Tu attires à toi l’Esprit.

Mère par qui vient l'espérance,
Tu as mis au monde le Sauveur ;
Ô vigne de grâce, tout immaculée,
Donne-nous le Fruit de vie.

Vierge, fierté de notre peuple,
Tu t’es établie sur la montagne ;
Obtiens-nous la force, quand vient le combat :
Revêts-nous de Jésus Christ !

Femme, debout dans la lumière,
Tu guides l’Église dans sa marche ;
Sois-nous secourable, Reine du Carmel,
Tant que dure notre nuit »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, un jour de sabbat, Jésus vint à passer à travers les champs de blé ; ses disciples eurent faim et ils se mirent à arracher des épis et à les manger. Voyant cela, les pharisiens lui dirent : « Voilà que tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat ! » Mais il leur dit : « N’avez-vous pas lu ce que fit David, quand il eut faim, lui et ceux qui l’accompagnaient ? Il entra dans la maison de Dieu, et ils mangèrent les pains de l’offrande ; or, ni lui ni les autres n’avaient le droit d’en manger, mais seulement les prêtres. Ou bien encore, n’avez-vous pas lu dans la Loi que le jour du sabbat, les prêtres, dans le Temple, manquent au repos du sabbat sans commettre de faute ? Or, je vous le dis : il y a ici plus grand que le Temple. Si vous aviez compris ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice, vous n’auriez pas condamné ceux qui n’ont pas commis de faute. En effet, le Fils de l’homme est maître du sabbat »
Matthieu 12

Que la prière maternelle de la Vierge Marie vienne à notre aide, Seigneur : accorde-nous, par sa protection, de parvenir à la montagne véritable qui est le Christ. Amen.

Samedi 17 juillet

« Dieu très-haut qui fais merveille.
Béni soit ton nom !
Dieu vivant qui fais largesse,
Béni soit ton nom !
Comme au ciel t'adorent les anges
Et sans fin te chantent louange
Nous aussi prions sur la terre :
Béni soit ton nom !

Dieu vainqueur de nos ténèbres,
Béni soit ton nom !
Dieu penché sur nos faiblesses,
Béni soit ton nom !
Ton amour est notre espérance,
Ta bonté nous rend l'innocence,
De toi seul nous vient la lumière :
Béni soit ton nom !

Dieu très saint qui nous libères,
Béni soit ton nom !
Dieu fidèle en tes promesses,
Béni soit ton nom !
Ton Église adore en silence
Et proclame la délivrance,
De nos cœurs monte une prière :
Béni soit ton nom ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, une fois sortis de la synagogue, les pharisiens se réunirent en conseil contre Jésus pour voir comment le faire périr. Jésus, l’ayant appris, se retira de là ; beaucoup de gens le suivirent, et il les guérit tous. Mais il leur défendit vivement de parler de lui. Ainsi devait s’accomplir la parole prononcée par le prophète Isaïe : Voici mon serviteur que j’ai choisi, mon bien-aimé en qui je trouve mon bonheur. Je ferai reposer sur lui mon Esprit, aux nations il fera connaître le jugement. Il ne cherchera pas querelle, il ne criera pas, on n’entendra pas sa voix sur les places publiques. Il n’écrasera pas le roseau froissé, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, jusqu’à ce qu’il ait fait triompher le jugement. Les nations mettront en son nom leur espérance »
Matthieu 12

Dieu qui ne cesses de créer l’univers, tu as voulu associer l’homme à ton ouvrage ; regarde le travail que nous avons à faire : qu’il nous permette de gagner notre vie, qu’il soit utile à ceux dont nous avons la charge et serve à l’avènement de ton Royaume. Amen.

Dimanche 18 juillet – 16ème T. O.

« Matin du monde
Où Dieu rêva
D'écrire pour les siècles l'unique poème :
Prenant la mer
Pour baptistère
Il profère l'espace au vent de son haleine.

Matin du monde
Où Dieu créa
En élevant les yeux vers la nuit esseulée :
Le pur éclat
De son regard
Fait éclore la terre à son humanité.

Matin du monde
Où Dieu parla
Et sa Parole prit la forme de ses doigts :
Il nous pétrit
Chair et esprit
Homme et femme au pays de la première fois »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, après leur première mission, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné. Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger. Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux. En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement »
Marc 6

Sois favorable à tes fidèles, Seigneur, et multiplie les dons de ta grâce : entretiens en eux la foi, l'espérance et la charité, pour qu'ils soient toujours attentifs à garder tes commandements. Amen.

Lundi 19 juillet

« De l’infini des cieux,
Dieu ne s’est rien gardé.
Dieu pauvre,
Dieu prodigue,
Il a livré le monde
Au bon plaisir de l’homme,
Il a offert sa grâce
Sans rien en réserver.

Quand fut donné le Fils,
Dieu ne s’est rien gardé.
Dieu proche,
Dieu très humble,
Il s’est remis lui-même
Entre les mains des hommes,
Lui qui était la grâce
En toute vérité.

En nous donnant l’Esprit,

Dieu ne s’est rien gardé.
Dieu libre,
Dieu intime,
Il met la vie divine
Au plus humain de l’homme,
Il fait germer sa grâce
Dans notre liberté.

Viens dépouiller nos cœurs,
Toi qui as tout donné.
Dieu simple,
Dieu sans ombres,
Que ton amour délivre
Ceux que des riens captivent,
Pour qu’ils te rendent grâce,
Ceux que tu as aimés »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)
« En ce temps-là, quelques-uns des scribes et des pharisiens adressèrent la parole à Jésus : « Maître, nous voulons voir un signe venant de toi. » Il leur répondit : « Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas. En effet, comme Jonas est resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, le Fils de l’homme restera de même au cœur de la terre trois jours et trois nuits. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que cette génération, et elle la condamnera ; en effet, elle est venue des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon »
Matthieu 12

Nous te prions, Seigneur, toi qui es la vraie lumière et le créateur de la lumière : garde-nous attentifs à ta loi pour que nous vivions dans ta clarté. Amen.

Mardi 20 juillet

« O Créateur, Père,
Tu nous as fait pour ton bonheur.
Nous chantons l'exode
Vers le jour nouveau,
Et l'univers prend part au chant
De ton peuple en fête.

Tu as créé l'homme
Pour qu’il ressemble au Premier né :
Nous chantons ta grâce
Qui demeure en nous
Et l'univers prend part au chant
De ton Fils unique.

Tu as sauvé l'homme
Par la Passion du Serviteur.
Nous chantons ton œuvre
Dans le jour nouveau,
Et l'univers prend part au chant
Du matin de Pâques »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, comme Jésus parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler. Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui cherchent à te parler. » Jésus lui répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » Puis, étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère »
Matthieu 12

Seigneur, tu ouvres à ceux qui t’aiment les richesses de ton Esprit Saint, et tu fais grandir en eux ta propre vie en leur donnant part au corps de ton Fils ; aide-les à se comporter dans le monde en enfants de Dieu appelés à la liberté : qu’ils répondent par la sainteté de leur vie à la mission prophétique de l’Église. Amen.

Mercredi 21 juillet

« Le chant nouveau que tu appelles,
Dieu créateur de l’univers,
Que ton Esprit le fasse naître,
Qu’il nous éveille
A la louange de ton nom !

C’est lui la voix qui intercède
Mais ne dit pas quel est son nom,
C’est lui qui met au fond de l’être
Ton nom de Père
Puis d’un murmure fait un chant.

C’est lui encor qui s’émerveille
En proclamant « Jésus, Seigneur !» :
Alors les hommes se souviennent
De l’aube en fête
Où tu relèves le Vivant.

Chaque parole de ton Verbe,
Et chaque signe qu’il a fait,
Il les embrase de lumière
Pour qu’ils éclairent
Notre chemin jusqu’à ton Jour.

Le chant nouveau que tu appelles,
Dieu créateur de l’univers
Nous l’accueillons de ta tendresse ;
Fais qu’il s’élève
Dans le grand souffle de l’Esprit »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer. Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur dit beaucoup de choses en paraboles : « Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés. D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »
Matthieu 12

Tu demandes à l’humanité, Dieu créateur, de se perfectionner de jour en jour et d’achever par son travail l’œuvre immense de la création ; aide-nous à faire que tous les hommes aient des conditions de travail qui respectent leur dignité : qu’en s’efforçant d’améliorer leur propre sort, ils agissent avec un esprit de solidarité et de service. Amen.

Jeudi 22 juillet – Ste Marie Madeleine

« Après tant de dérives,
Tant d'errance et de nuit,
Me voici
Aux pieds du Maître.
Je ne crains plus
Les vents contraires,
J'ai trouvé l'amour.

L'amertume des larmes,
Le parfum de grand prix,
Sont le cri
De tout mon être.
J'ai tout perdu
Hors la misère,
Où descend l'amour.

Son regard me relève,
Son pardon me guérit,
Aujourd'hui
Je peux renaître :
Je suis connue
Dans la lumière
De l'unique amour »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Après la mort de Jésus, le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin, alors qu'il fait encore sombre. Elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau. Marie Madeleine restait là dehors, à pleurer devant le tombeau. Elle se penche vers l'intérieur, tout en larmes, et, à l'endroit où le corps de Jésus avait été déposé, elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l'un à la tête et l'autre aux pieds. Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé le Seigneur mon Maître, et je ne sais pas où on l'a mis. » Tout en disant cela, elle se retourne et aperçoit Jésus qui était là, mais elle ne savait pas que c'était Jésus. Jésus lui demande : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le gardien, elle lui répond : « Si c'est toi qui l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis, et moi, j'irai le reprendre. » Jésus lui dit alors : « Marie ! » Elle se tourne vers lui et lui dit : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître » dans la langue des Juifs. Jésus reprend : « Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Marie Madeleine s'en va donc annoncer aux disciples : « J'ai vu le Seigneur, et voilà ce qu'il m'a dit »
Jean 20

Seigneur notre Dieu, c'est à Marie Madeleine que ton Fils bien-aimé a confié la première annonce de la joie pascale ; accorde-nous, à sa prière et à son exemple, la grâce d'annoncer le Christ ressuscité et de le contempler un jour dans ta gloire. Amen.

Vendredi 23 juillet – Ste Brigitte

« Une lumière a brillé
Sur les terres d’Occident,
Un grand souffle a traversé
Leur histoire.
Dieu choisit tous les peuples,
Ses paroles de vie
Ensemencèrent l’Europe.

Pourquoi les champs sans moisson,
Et la foi qui s’obscurcit ?
Pourquoi tant de divisions
Entre frères ?
Jamais Dieu ne se lasse,
Chaque jour est pour lui
Un nouveau temps de semailles

Notre cœur reste captif
Encombré de trop de biens,
Mais les saints suivent le Christ,
Les mains vides.
Rien n’arrête leur marche,
Rien n’entrave leur pas,
Dieu les attend, ils se hâtent.

Sainte Brigitte a quitté
Fils et filles de sa chair.
Et devant le Crucifié,
Elle est seule.
La souffrance divine,
La douleur de Marie,
Dans tout son être s’impriment

Sa vie entière est marquée
Par l’appel du Bien-Aimé.
La passion de l’unité.
Brûle en elle.
Que le feu se répande !
Avec force et douceur,
L’amour en croix le demande.

De l’occident à l’Orient
Et du Nord jusqu’au midi
Marchera vers le Vivant
Un seul peuple.
Dieu bénit tous les hommes !
Paix à ceux qui sont loin
Et paix à ceux qui sont proches »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Comme Jésus était dans une maison, sa mère et ses frères arrivent. Restant au-dehors, ils le font demander. Beaucoup de gens étaient assis autour de lui ; et on lui dit : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui te cherchent. » Mais il leur répond : « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? » Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère »
Marc 3

Dieu qui as révélé à sainte Brigitte les secrets du ciel, quand elle méditait la passion de ton Fils. Fais que nous puissions nous aussi exulter de joie dans la révélation de ta gloire. Amen.

Samedi 24 juillet – Bhse Vierge Marie

« Marie, servante du Seigneur,
Toi qu’un ange visite,
Tu crois l’impossible !
L’Esprit te couvre de son ombre,
Et le Verbe prend chair.

Il naît en grande pauvreté :
Une étable en témoigne,
Pour toi, c’est merveille :
L’Enfant annonce le Dieu pauvre,
A qui tout appartient.

Longs jours au temps de Nazareth,
Tout est paix et louange,
Bonheur et partage.
Jésus découvre dans le Livre
Le salut annoncé.

Voici qu’aux noces de Cana
Quelques mots te suffisent,
Jésus les exauce !
Alors voyant le premier signe,
Les disciples croiront.

Marie debout près de la croix,
Le disciple t’accueille…
Echange de grâce :
Alors chacun trouve dans l’autre
Le visage du Christ.

Viendra le jour où l’Esprit Saint
Est donné aux Apôtres,
Comme eux tu l’accueilles.
L’Eglise naît dans ce grand souffle
Qui unit les vivants… »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus proposa aux foules une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla. Quand la tige poussa et produisit l’épi, alors l’ivraie apparut aussi. Les serviteurs du maître vinrent lui dire : “Seigneur, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?” Il leur dit : “C’est un ennemi qui a fait cela.” Les serviteurs lui disent : “Veux-tu donc que nous allions l’enlever ?” Il répond : “Non, en enlevant l’ivraie, vous risquez d’arracher le blé en même temps. Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d’abord l’ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, ramassez-le pour le rentrer dans mon grenier »
Matthieu 13

Que ta grâce, Seigneur notre Dieu, se répande en nos cœurs : par le message de l'ange, tu nous as fait connaître l'incarnation de ton Fils bien-aimé, conduis-nous par sa passion et par sa croix, avec le secours de la Vierge Marie, jusqu'à la gloire de la résurrection. Amen.

Dimanche 25 juillet – 17ème T. O.

« Il monte, le jour, comme un feu,
Il embrase le ciel et la terre.
Depuis l’aube originelle,
Le Verbe est toute joie devant l’œuvre de Dieu.
De son cœur un chant s’élève :
« Je te rends grâce, ô Père ».

Il sort, le vivant, du tombeau,
Il dissipe la nuit de tristesse
Répandue sur le Calvaire.
La chair qui fut meurtrie a surgi de nouveau,
Elle exulte d’allégresse :
« Je te rends grâce, ô Père ».

L’époux au matin resplendit
Pour les noces du ciel à la terre,
Revêtue de sa lumière.
Une hymne silencieuse en réponse jaillit,
C’est l’Esprit qui s’émerveille :
« Je te rends grâce, ô Père ».

À ceux qu’il unit à présent,
Comme signe d’alliance éternelle,
Jésus donne son corps même.
Avec le Premier-né, en un geste d’enfant,
L’Église offre sa prière :
Nous te rendons toute grâce, ô Père »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée, le lac de Tibériade. Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait sur les malades. Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples. Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche. Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? » Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun reçoive un peu de pain. » Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! » Jésus dit : « Faites asseoir les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient. Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, pour que rien ne se perde. » Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge, restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture. À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. » Mais Jésus savait qu’ils allaient l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul »
Jean 6

Tu protèges, Seigneur, ceux qui comptent sur toi ; sans toi rien n'est fort et rien n'est saint : multiplie pour nous les gestes de miséricorde afin que, sous ta conduite, en faisant un bon usage des biens qui passent, nous puissions déjà nous attacher à ceux qui demeurent. Amen.

Lundi 26 juillet – Sts Joachim et Anne

« Voici qu'un homme et une femme
Pour toujours ont fait alliance,
Et leur amour a engendré
Une enfant bénie du Seigneur !

Dieu trouve en eux une demeure
Où repose l’espérance.
L’enfant qui naît de leur amour
Fait jaillir son jour dans leur cœur.

Comme une fleur qui vient d’éclore,
Une source vive et fraîche,
Elle émerveille leur regard
Et sans cesse éveille leur joie.

À eux le soin de lui transmettre
La Parole et la Promesse,
Les exigences de la Loi,
La beauté des mots de David !

Les jours obscurs ont leur lumière,
Elle apprit à la connaître,
À rendre grâce pour le don
D’un amour toujours aux aguets.

Qu’ont-ils connu de son mystère ?
Des fiançailles ? Du Message ?
Un âge vient, un âge part…
Le silence couvre leur vie.

Mais le Messie naît de leur fille,
Et leur sang coule en ses veines !
Aïeuls bénis de notre Dieu,
Nul amour ne fut plus fécond !

Gloire à Jésus, le Fils de l’homme,
Gloire au fruit de votre race,
Et gloire aux pauvres d’Israël
Qui ont préparé sa venue ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus proposa aux foules une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a prise et qu’il a semée dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé, elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel viennent et font leurs nids dans ses branches. » Il leur dit une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable au levain qu’une femme a pris et qu’elle a enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. » Tout cela, Jésus le dit aux foules en paraboles, et il ne leur disait rien sans parabole, accomplissant ainsi la parole du prophète : J’ouvrirai la bouche pour des paraboles, je publierai ce qui fut caché depuis la fondation du monde »
Matthieu 13

Seigneur, toi qui es le Dieu de nos Pères, tu as donné à sainte Anne et à saint Joachim de mettre au monde celle qui deviendrait la mère de ton Fils ; accorde-nous, à leur commune prière, le salut que tu as promis à ton peuple. Amen.

Mardi 27 juillet

« Joie de ton pardon,
Joie d'ouvrir nos cœurs
A ta miséricorde !
Tu nous fais grâce
Dieu saint, ô toi notre Père
Heureux sommes-nous
De croire à ton amour ,
Dieu saint, ô toi notre Père

Joie de pardonner
Joie d'ouvrir son cœur
A la miséricorde !
De proche en proche,
Ta joie prendra sur la terre.
Heureux sommes-nous
De croire à ton amour ,
Ta joie prendra sur la terre.

Joie de croire en toi,
Joie de témoigner
De l'infinie tendresse.
Christ au calvaire
Prodigue à chacun ta grâce.
Heureux sommes-nous
De croire à ton amour,
Le Christ à tous le prodigue.

Joie de partager,
Joie d'ouvrir nos mains
Et d'ouvrir nos demeures !
Pauvres et riches
Deviennent un même peuple !
Heureux sommes-nous
De croire à ton amour :
Que tous ne soient qu'un seul peuple !

Joie de t'accueillir,
Joie de te bénir
Pour le don du plus pauvre !
O notre Père,
C'est toi qui en fais l'offrande!
Heureux sommes-nous
De croire à ton amour,
Caché dans le don du pauvre

Joie de ton Esprit,
Joie comme le feu
Victorieux de la cendre !
Joie de Dieu même
Que nul ne pourra éteindre.
Heureux sommes-nous
De croire à ton amour ,
Ta joie qui pourra l'éteindre ? »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, laissant les foules, Jésus vint à la maison. Ses disciples s’approchèrent et lui dirent : « Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ. » Il leur répondit : « Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du Royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais. L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume toutes les causes de chute et ceux qui font le mal ; ils les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »
Matthieu 13

Dieu qui nous as fait parvenir au début de ce jour, sauve-nous aujourd’hui par ta puissance : que nos cœurs ne s’abandonnent pas au péché mais que, par nos pensées, nos paroles et nos actes, nous cherchions la justice du Royaume. Amen.

Mercredi 28 juillet

« Dieu très-haut qui fais merveille.
Béni soit ton nom !
Dieu vivant qui fais largesse,
Béni soit ton nom !
Comme au ciel t'adorent les anges
Et sans fin te chantent louange
Nous aussi prions sur la terre :
Béni soit ton nom !

Dieu vainqueur de nos ténèbres,
Béni soit ton nom !
Dieu penché sur nos faiblesses,
Béni soit ton nom !
Ton amour est notre espérance,
Ta bonté nous rend l'innocence,
De toi seul nous vient la lumière :
Béni soit ton nom !

Dieu très saint qui nous libères,
Béni soit ton nom !
Dieu fidèle en tes promesses,
Béni soit ton nom !
Ton Église adore en silence
Et proclame la délivrance,
De nos cœurs monte une prière :
Béni soit ton nom ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l'homme qui l'a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète ce champ. Ou encore : Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu'il possède, et il achète la perle »
Matthieu 13

Dieu qui ne cesses de créer l’univers, tu as voulu associer l’homme à ton ouvrage ; regarde le travail que nous avons à faire : qu’il nous permette de gagner notre vie, qu’il soit utile à ceux dont nous avons la charge et serve à l’avènement de ton Royaume. Amen.

Jeudi 29 juillet – Stes Marthe, Marie et Lazare

« Dès que monte le jour, ô Jésus,
Tu sors proclamer la Bonne Nouvelle.
En chemin, tu purifies le lépreux.
Aux pécheurs, tu remets leur dette.
Mais quand vient le soir, où reposes-tu ?

Une lampe est toujours allumée
Chez Marthe et Marie, les sœurs de Lazare.
Tu peux prendre en ce logis ton repos.
Le dîner, Marthe le prépare ;
Elle a grand souci de sa maisonnée.

Mais ton lieu de repos, c’est un cœur
Qui à ta parole s’ouvre et s’éveille.
Et Marie se tient assise à tes pieds.
Le parfum qu’un soir elle verse
Sera mémorial par sa bonne odeur.


Tu annonces aux deux sœurs : « Moi, je suis
La résurrection, la vie éternelle. »
Elles croient que tu es bien le Messie.
Le mort vient lorsque tu l’appelles :
Sortant du tombeau, Lazare obéit !

Viens en nous maintenant, ô Jésus,
Viens te reposer, ton peuple t’appelle.
Ta présence est une fête pour nous.
Écoutant ce que tu enseignes,
Nous proclamerons : Tu es le salut ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« Beaucoup de Juifs étaient venus réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison. Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. » Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. » Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient ans le monde »
Jean 11

Dieu éternel et tout-puissant, puisque ton Fils acceptait l'hospitalité que sainte Marthe lui offrait dans sa maison, apprends-nous, à son exemple, à servir le Christ en chacun de nos frères pour que tu nous reçoives dans la demeure des cieux. Amen.

Vendredi 30 juillet

« Dieu de silence, tu appelles
Dans les pages du Livre.
Les mots de vie nous redisent
De quel amour tu nous aimes.

Qui peut comprendre ta parole
S'il n'est prêt à répondre ?
Fais que la source d’eau vive
Nous fortifie de sa grâce.

Toi qui sans cesse te révèles,
Aujourd’hui tu t’approches.
Que l'Esprit donne à l'Eglise
De proclamer ta louange !

Monte vers toi l'action de grâce
Dont tressaille ton Verbe :
C’est lui qui ouvre le Livre
Où resplendit sa présence »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus se rendit dans son lieu d’origine, et il enseignait les gens dans leur synagogue, de telle manière qu’ils étaient frappés d’étonnement et disaient : « D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles ? N’est-il pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie, et ses frères : Jacques, Joseph, Simon et Jude ? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes chez nous ? Alors, d’où lui vient tout cela ? » Et ils étaient profondément choqués à son sujet. Jésus leur dit : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays et dans sa propre maison. » Et il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit-là, à cause de leur manque de foi »
Matthieu 13

Que ta grâce inspire notre action, Seigneur, et la soutienne jusqu'au bout, pour que toutes nos activités prennent leur source en toi et reçoivent de toi leur achèvement. Amen

Samedi 31 juillet – St Ignace de Loyola

« Servir mon Seigneur,
Ne vivre que pour lui
Et tout offrir
Pour sa plus haute gloire.
Remettre au Christ
Ma volonté,
Mon cœur et mes désirs ;
Qu’il soit le Maître
De ma liberté.

Donner au Christ
Toute ma vie,
Sans peur et sans compter ;
Je ne désire
Que son seul amour !

Laisser le Christ
Me sanctifier,
En Lui, trouver ma joie ;
Lui seul possède
Ce qu’il ma donné.

Puiser en Christ,
À tout instant,
La force du combat ;
Et dans sa grâce
Tracer mon chemin.

Servir mon Seigneur,
Ne vivre que pour lui
Et tout offrir
Pour sa plus haute gloire »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, apprit la renommée de Jésus et dit à ses serviteurs : « Celui-là, c’est Jean le Baptiste, il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. » Car Hérode avait fait arrêter Jean, l’avait fait enchaîner et mettre en prison. C’était à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe. En effet, Jean lui avait dit : « Tu n’as pas le droit de l’avoir pour femme. » Hérode cherchait à le faire mourir, mais il eut peur de la foule qui le tenait pour un prophète. Lorsque arriva l’anniversaire d’Hérode, la fille d’Hérodiade dansa au milieu des convives, et elle plut à Hérode. Alors il s’engagea par serment à lui donner ce qu’elle demanderait. Poussée par sa mère, elle dit : « Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. » Le roi fut contrarié ; mais à cause de son serment et des convives, il commanda de la lui donner. Il envoya décapiter Jean dans la prison. La tête de celui-ci fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui l’apporta à sa mère. Les disciples de Jean arrivèrent pour prendre son corps, qu’ils ensevelirent ; puis ils allèrent l’annoncer à Jésus »
Matthieu 14

Pour ta plus grande gloire, Seigneur, tu as suscité dans ton Eglise saint Ignace de Loyola : permets qu’avec son aide et à son exemple, après avoir combattu sur la terre, nous partagions sa victoire dans le ciel. Amen.