Mercredi 1er mai – St Joseph ouvrier

« Il s'est levé d'entre les morts,
Le Fils de Dieu, notre frère,
Il s'est levé, libre et vainqueur,
Il a saisi notre destin
Au cœur du sien,
Pour le remplir de sa lumière.

Sur lui dans l'ombre sont passées
Les grandes eaux baptismales
De la douleur et de la mort,
Et maintenant, du plus profond
De sa Passion,
Monte sur nous l'aube pascale.

L'histoire unique est achevée :
Premier enfant du Royaume,
Christ est vivant auprès de Dieu ;
Mais son exode humble et caché,
Le Fils aîné
Le recommence pour chaque homme.

Ne cherchons pas hors de nos vies
À retrouver son passage :
Il nous rejoint sur nos sentiers,
Mais au-delà de notre mort
C'est lui encor
Qui nous attend sur le rivage »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples »
Jean 15

Dieu qui as relevé le monde par les abaissements de ton Fils, donne à tes fidèles une joie sainte ; tu les as tirés de l’esclavage du péché, fais-leur connaître le bonheur impérissable. Amen.

Jeudi 2 mai – St Athanase

« Jésus, qui m'as brûlé le cœur
Au carrefour des Écritures,
Ne permets pas que leur blessure
En moi se ferme :
Tourne mes sens à l'intérieur.
Force mes pas à l'aventure,
Pour que le feu de ton bonheur
À d'autres prenne !

La Table où tu voulus t'asseoir,
Pour la fraction qui te révèle,
Je la revois : elle étincelle
De toi, seul Maître !
Fais que je sorte dans le soir
Où trop des miens sont sans nouvelle,
Et par ton nom dans mon regard,
Fais-toi connaître !

Leurs yeux ne t'ont jamais trouvé,
Tu n'entres plus dans leur auberge,
Et chacun dit : " Où donc irai-je
Si Dieu me manque ? "
Mais ton printemps s'est réveillé
Dans mes sarments à bout de sève,
Pour que je sois cet étranger
Brûlant de Pâques ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite »
Jean 15

Accorde-nous, Seigneur, d'entrer dans la joie de notre salut alors que nous fêtons la résurrection de ton Fils. Amen.

Vendredi 3 mai – Sts Philippe & Jacques

« Douze pierres resplendissent
Sur la tunique du Grand Prêtre :
Jésus-Christ, le Roi de gloire,
Choisit ses apôtres, les envoie,
Par toute la terre,
Semer la lumière.

Qu’ils sont beaux, sur les montagnes,
Leurs pieds courant, infatigables !
Le Sauveur qui les relève
Leur ouvre la voie, par sa victoire,
Couvrant leur faiblesse
Du don de sa force.

Sous le ciel, un peuple unique
Est rassemblé par les apôtres ;
Et les eaux d’un seul baptême
Font naître l’Eglise, Corps du Christ,
Immense édifice
Bâti par la grâce.

Leur labeur et leur prière
Font croître le Corps et le nourrissent ;
Leur patience, dans l ‘épreuve,
Témoigne à son tour, face à la mort,
De l’aube éternelle
Levée sur le monde.

Le salut, la délivrance
Nous sont donnés par leur parole ;
Ils exultent, les prophètes,
Devant l’héritage offert aux nations :
Moisson innombrable,
Prémices de gloire ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus dit à Thomas : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. » Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : ‘Montre-nous le Père’ ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres. Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes. Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père, et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai »
Jean 14

Tu nous réjouis, chaque année, Seigneur, par la fête des Apôtres Philippe et Jacques ; accorde-nous, à leur prière, d'être associés à la Passion et à la Résurrection de ton Fils afin de parvenir à la contemplation de ta gloire. Amen.

Samedi 4 mai

« Ô Jésus, tu ressuscites,
Nos yeux cherchent ton visage :
Plus de front cerné d’épines,
Plus de voile sur ta face !
Et les plaies que tu nous montres
À l’instant de ta rencontre
Sont le signe de ta gloire,
Et le sceau de ta victoire.

Dans ton corps voici les marques,
La blessure de la lance :
Dans nos mains voici la Pâque,
Et la coupe de l’alliance.
Tu franchis les portes closes
Sans forcer le cœur de l’homme,
Tu rejoins celui qui doute,
Tu chemines sur sa route.

Sur nos vies ta joie rayonne,
Tout renaît en ton offrande,
Et ta paix tu nous la donnes,
Comme un feu qu’il faut répandre.
Mais l’orgueil nous tend ses pièges
Et la peur nous enténèbre…
Redis-nous les mots qui sauvent :
« Aimez-vous les uns les autres »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu’il en a eu d’abord contre moi. Si vous apparteniez au monde, le monde aimerait ce qui est à lui. Mais vous n’appartenez pas au monde, puisque je vous ai choisis en vous prenant dans le monde ; voilà pourquoi le monde a de la haine contre vous. Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. Les gens vous traiteront ainsi à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas Celui qui m’a envoyé »
Jean 15

Dieu éternel et tout-puissant, tu as choisi l'évêque Athanase pour défendre la foi en la divinité de ton Fils ; accorde-nous, grâce à son enseignement et sous sa protection, de te connaître toujours mieux pour t'aimer davantage. Amen.

Dimanche 5 mai – 6ème de Pâques

« Christ est ressuscité
Et l’amour a triomphé,
Dans sa faiblesse il est plus fort
Que l’emprise de la mort.
Alléluia
Nous célébrons le jour nouveau
Où Jésus sort du tombeau.

Christ est ressuscité
Et son œuvre est achevée ;
Un chant de fête a retenti,
La promesse est accomplie.
Alléluia
Nous célébrons le Crucifié
Que le Père a glorifié.

Christ est ressuscité
Dans la joie il est entré ;
Splendeur qui perce notre nuit
Vers le Père il nous conduit.
Alléluia
Célébrons le Père et le Fils
Dans l’Esprit qui les unit »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres »
Jean 15

Dieu tout-puissant, accorde-nous, en ces jours de fête, de célébrer avec ferveur le Christ ressuscité : que le mystère de Pâques dont nous faisons mémoire reste présent dans notre vie et la transforme. Amen.

Lundi 6 mai

« Ô jour si plein de joie
Où s'élance le soleil
Comme une hymne triomphale,
Brille au fond des cœurs :
Le Christ est ressuscité

Jardin du long repos
Où le Fils était caché
Comme un grain tombé en terre,
Couvre-toi de fleurs :
Le Christ est ressuscité

Matin baigné de paix
Où Marie a reconnu
Le Vivant près de la tombe,
Chasse au loin nos peurs :
Le Christ est ressuscité

Ô vent, porteur du Nom
Que le Fils a révélé
Dans la gloire de sa Pâque,
Crie du fond des cœurs :
Le Christ est ressuscité »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement. Je vous parle ainsi, pour que vous ne soyez pas scandalisés. On vous exclura des assemblées. Bien plus, l’heure vient où tous ceux qui vous tueront s’imagineront qu’ils rendent un culte à Dieu. Ils feront cela, parce qu’ils n’ont connu ni le Père ni moi. Eh bien, voici pourquoi je vous dis cela : quand l’heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l’avais dit »
Jean 15

Accorde-nous, Dieu très bon, de voir fructifier tout au long de notre vie les grâces que nous offre le temps pascal. Amen.

Mardi 7 mai

« La voie est ouverte, alléluia,
C’est la Pâque de Jésus
L’appel du Seigneur nous a saisis
À l’heure où l’espoir s’était enfui :
Christ a surgi vainqueur du tombeau
Alléluia

La vie se rebelle, alléluia,
C’est la Pâque de Jésus
Déjà nos prisons sont ébranlées,
L’étau de la mort s’est desserré :
Christ a fendu les eaux de la nuit
Alléluia

Le chemin est libre, alléluia,
C’est la Pâque de Jésus
Quittant notre exil il faut partir,
Pour nous le désert va refleurir :
Christ a franchi le seuil du jardin
Alléluia

L’amour se révèle, alléluia,
C’est la Pâque de Jésus
Le temps est venu de témoigner,
Le Verbe jamais n’est enchaîné :
Christ au milieu de nous est vivant
Alléluia Alléluia Alléluia »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je m’en vais maintenant auprès de Celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande : “Où vas-tu ?” Mais, parce que je vous dis cela, la tristesse remplit votre cœur. Pourtant, je vous dis la vérité : il vaut mieux pour vous que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous ; mais si je pars, je vous l’enverrai. Quand il viendra, il établira la culpabilité du monde en matière de péché, de justice et de jugement. En matière de péché, puisqu’on ne croit pas en moi. En matière de justice, puisque je m’en vais auprès du Père, et que vous ne me verrez plus. En matière de jugement, puisque déjà le prince de ce monde est jugé »
Jean 16

Garde à ton peuple sa joie, Seigneur, toi qui refais ses forces et sa jeunesse ; tu nous as rendu la dignité de fils de Dieu, affermis-nous dans l’espérance de la résurrection. Amen.

Mercredi 8 mai – Bhx Christian de Chergé & ses frères de l’Atlas

« Homme
Ne te tourmente pas
Ainsi qu’il s’en est allé,
Jésus reviendra

Il s’élève de la terre
Il retourne vers son Père
Auprès de lui, tu vivras
Si tu crois...

Il s’en va, mais il demande
Que l’Esprit, sur toi, descende,
Qu’il rende forte ta foi
Si tu crois...

Il l’a dit : Il te prépare
Une place dans sa gloire
Déjà l’Amour te reçoit
Si tu crois... »
CNPL

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître »
Jean 16

Puisque nous célébrons dans la foi, Seigneur, la résurrection de ton Fils, fais-nous partager la joie de tous les saints quand il apparaîtra sur les nuées du ciel. Amen.

Jeudi 9 mai - Ascension

« Christ est parti
Sans nous quitter :
Le Fils de Dieu est glorifié.
Son absence partout
Nous accompagne.

Il est parti
Dans la nuée :
Qu’attendez-vous les yeux levés ?
Il est proche de nous
Quand il s’éloigne.

Il est parti
Pour instaurer
En nous l’étroite intimité.
Fixer le rendez-vous
Au ciel de l’âme.

Il est parti
Pour demeurer
Dans le grand corps d’humanité.
Son royaume est pour nous
En héritage.

Il est parti,
Il est monté.
L’Esprit descend nous habiter.
Et le silence en nous
Dit son passage »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. » Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.»
Marc 16

Dieu qui élèves le Christ au-dessus de tout, ouvre-nous à la joie et à l’action de grâce, car l’Ascension de ton Fils est déjà notre victoire : nous sommes les membres de son corps, il nous a précédés dans la gloire auprès de toi, et c’est là que nous vivons en espérance. Amen.

Vendredi 10 mai – St Damien de Veuster

« Lumière enfouie sous le boisseau,
Le prince de l'ombre m'épuise !
Vous n'aurez plus besoin de lune ou de soleil,
Agneau de feu, je suis votre flambeau ;
Moi seul peux vous conduire au jour,
Mon Jour qui lève aux cieux nouveaux,
Par le jardin où j'agonise.

Parole atteinte par les eaux,
L'angoisse me force au silence !
Vous n'aurez plus besoin de lune ou de soleil,
Agneau vainqueur, je suis votre flambeau ;
Moi seul peux vous parler de paix,
Ma Paix qui règne aux cieux nouveaux,
Puisque la croix me fait violence.

Victime offerte à mes bourreaux,
Mon corps n'est plus rien que blessure !
Vous n'aurez plus besoin de lune ou de soleil,
Agneau de Dieu, je suis votre flambeau ;
Moi seul peux vous combler de joie,
Ma Joie qui s'ouvre aux cieux nouveaux,
Puisqu'au calvaire on me torture.

Semence enfouie dans le tombeau,
La mort m'a couché sous la pierre !
Vous n'aurez plus besoin de lune ou de soleil,
Agneau vivant, je suis votre flambeau ;
Moi seul peux vous donner la vie,
Ma Vie qui fait les cieux nouveaux,
Dans la cité de notre Père »
Hymne Rimaud/SM

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : vous allez pleurer et vous lamenter, tandis que le monde se réjouira ; vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie. La femme qui enfante est dans la peine parce que son heure est arrivée. Mais, quand l’enfant est né, elle ne se souvient plus de sa souffrance, tout heureuse qu’un être humain soit venu au monde. Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira ; et votre joie, personne ne vous l’enlèvera. En ce jour-là, vous ne me poserez plus de questions »
Jean 16

Tu nous recrées, Seigneur, pour la vie éternelle dans la résurrection de notre Sauveur qui règne désormais auprès de toi ; dirige nos cœurs vers sa gloire afin qu’au jour où il viendra de nouveau, ceux que tu as fait renaître par le baptême soient revêtus de sa lumière impérissable. Amen

Samedi 11 mai – Sts abbés de Cluny

« Pâque de Jésus Christ Sauveur !
Il règne en sa victoire,
Triomphe de l'amour :
Ses bras ouverts en croix
Dressent vers Dieu
L'angoisse de la vie
Et portent vers lui nos cœurs.

Vivre ressuscités pour Dieu
Dans la lumière neuve,
Aurore de la joie :
Les hommes surgiront
Au grand espoir
Qui monte dans leur corps
À l'aube de ce matin.

Peuple des baptisés, marqués
Du Sceau de la promesse,
Témoins de Jésus Christ,
Venez manger la chair,
Boire le sang
Du Fils aimé de Dieu
Pour vivre de son Esprit.

L'heure paraît déjà : veillez !
Car Dieu dresse la table
Aux noces de l'Agneau :
Le Maître et le Seigneur
Vient nous servir
Le vin de son retour :
Victoire de charité»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ; demandez, et vous recevrez : ainsi votre joie sera parfaite. En disant cela, je vous ai parlé en images. L’heure vient où je vous parlerai sans images, et vous annoncerai ouvertement ce qui concerne le Père. Ce jour-là, vous demanderez en mon nom ; or, je ne vous dis pas que moi, je prierai le Père pour vous, car le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé et vous avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti. Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père »
Jean 16

Avant de s'en aller près de toi, notre Père, ton Fils promit aux Apôtres l'Esprit Saint ; ils ont reçu de toi des grâces innombrables qui leur ont fait connaître les choses d'en haut, répands maintenant sur nous les mêmes dons de l'Esprit. Amen.

Dimanche 12 mai – 7ème de Pâques

« Entré dans la gloire,
Jésus nous trace le chemin
Et nous conduit vers le matin
De sa victoire.

Mais l'amour seul est sa puissance,
Mystère
Découvert
Aux yeux de l'espérance.


Vêtu de lumière,
Il transfigure pour toujours
Le fils prodigue de retour
Auprès du Père.

Ouverte est la porte,
En sa demeure il nous reçoit,
Dans son offrande, vers la joie,
Ses mains nous portent.

Soleil de justice,
Il fait mûrir tout l'univers,
Et son Esprit, dans nos déserts,
Est source vive »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité »
Jean 17

Entends notre prière, Seigneur : nous croyons que le Sauveur des hommes est auprès de toi dans la gloire ; fais-nous croire aussi qu'il est encore avec nous jusqu'à la fin des temps, comme il nous l'a promis. Amen.

Lundi 13 mai – N.D. de Fatima

« Sans le Verbe rien ne fut,
Dans la Parole tout commence :
La création gémit,
La création murmure et balbutie.
Ô Dieu, envoie ton Esprit

Le mystère de Jésus
S’entoure d’ombre et de silence ;
Nulle frayeur ici,
Nulle puissance comme au Sinaï
Ô Dieu, envoie ton Esprit

Dans le Verbe Dieu se dit
D’une Parole sans défense :
C’est un enfant qui dort,
Un fils de l’homme en lutte avec la mort :
Ô Dieu, envoie ton Esprit

La parole de Jésus
Livrée au vent comme semence
Vient féconder nos vies :
Pour que sa grâce en nous porte du fruit,
Ô Dieu, envoie ton Esprit

Que le Verbe soit béni,
Que la Parole exulte et danse
Quand l’homme ancien gémit,
Un chant nouveau s’élève en Jésus Christ :
En nous murmure l’Esprit »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, les disciples de Jésus lui dirent : « Voici que tu parles ouvertement et non plus en images. Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et tu n’as pas besoin qu’on t’interroge : voilà pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu. » Jésus leur répondit : « Maintenant vous croyez ! Voici que l’heure vient – déjà elle est venue – où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi. Je vous ai parlé ainsi, afin qu’en moi vous ayez la paix. Dans le monde, vous avez à souffrir, mais courage ! Moi, je suis vainqueur du monde »
Jean 16

Seigneur, nous t'en prions : que descende sur nous la force de l'Esprit Saint pour que nous puissions discerner ta volonté et l'accomplir tout au long de notre vie. Amen.

Mardi 14 mai – St Matthias

« Façonnés par la parole du Seigneur,
Passés au crible de sa Passion,
Et désormais revenus de toute peur,
Apôtres de Jésus, pour son Église
Vous êtes pierres de fondation
Dont rien n'ébranle l'assise.

Mais de vous il fait encore ses ouvriers,
Il se remet lui-même en vos mains :
Lui, l'architecte, le maître du chantier,
Devient la pierre d'angle qui vous porte,
Pierre vivante et pain quotidien
Pour qui l'annonce et l'apporte.

Quelle ivresse, pure et sobre, vous surprend ?
Quelle folie d'amour et de feu ?
Quelle sagesse plus folle que le vent ?
L'Esprit souffle sur vous, hommes du large :
Jetez en nous le désir de Dieu
Et relancez notre marche »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres »
Jean 15

Dieu qui as choisi saint Matthias pour compléter le collège des Apôtres, accorde-nous, à sa prière, puisque ton amour nous appelle, d'être un jour au nombre des élus. Amen

Mercredi 15 mai – St Pacôme

« Esprit silencieux qui planais sur les eaux
Tu ensemençais la ténèbre de louange.
Esprit silencieux qui veillais sur Marie
Tu la préparais à l’accueil de la Parole.

Joie de nos vies
Esprit de feu
Souffle de Dieu
Sois béni !

Dieu, de sa Parole, éveilla l’univers
Et tu fis monter jusqu’à lui le chant du monde.
Lorsque sous ton ombre le Verbe a pris chair
Le chant de la Vierge jaillit de ton silence.
Joie de nos vies
Esprit de feu
Souffle de Dieu
Sois béni !

Ô vent mystérieux sur l’abîme des eaux,
C’est toi qui ouvris un chemin dans la mer rouge
Dans la chambre haute ton Souffle est passé,
En langues de feu tu descends sur les apôtres.

Joie de nos vies
Esprit de feu
Souffle de Dieu
Sois béni !
Tout un peuple libre partit au désert,
Et tu l’as conduit vers la terre des promesses.
Les amis du Christ n’ont plus peur désormais,
Et en toutes langues résonne la merveille.
Joie de nos vies
Esprit de feu
Souffle de Dieu
Sois béni !

Sans toi, Israël aurait-il proclamé :
« Dieu est le seul Dieu dans le ciel et sur la terre. » ?
Sans toi, qui peut dire « Jésus est Seigneur » ?
Sans toi, qui saisit ton murmure : « Viens au Père »
Joie de nos vies
Esprit de feu
Souffle de Dieu
Sois béni !

Et lorsque Israël oubliait tes chemins
Toi, tu l’appelais par la bouche des prophètes.
Viens, fais-nous entendre ta voix, Esprit Saint,
Viens ensemencer ton Église de louange !
Joie de nos vies
Esprit de feu
Souffle de Dieu
Sois béni ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)
« En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité »
Jean 17

Dieu d'infinie bonté, nous t'en prions : accorde à ton Église rassemblée par l'Esprit Saint de se dévouer de tout cœur à ton service, et d'être unie dans l'accomplissement de ta volonté. Amen.

Jeudi 16 mai

« Il coule à flots, le vin des noces,
Le vin nouveau, l’Esprit de gloire !
De la douceur de sa présence,
Il réjouit le cœur des apôtres
Qui acclament : alléluia !

Elle a jailli, l’hymne nouvelle,
L’action de grâce en toutes langues !
Née du Vivant, l’Église chante :
Le Tout-Puissant, pour moi, fait merveille
Par son Souffle, alléluia !

Voici le feu jeté sur terre,
Voici l’Amour qui tout embrase !
Les cœurs de chair deviennent temples
De cette gloire sainte entre toutes,
Don de Pâques, alléluia !
Fleuve d’eau vive sur le monde,
Le don précieux va se répandre ;
Pour la moisson, les grains mûrissent,
L’eau et l’Esprit conduisent les peuples
Au Royaume, alléluia ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)
« En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes UN : moi en eux, et toi en moi. Qu’ils deviennent ainsi parfaitement un, afin que le monde sache que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux »
Jean 17

Que ton Esprit Saint, Dieu créateur, nous transforme par ses dons : qu'il change notre cœur en un cœur que tu aimes, parfaitement accordé à ta volonté. Amen.

Vendredi 17 mai

« Jour de Résurrection !
Peuples, rayonnons de joie !
C'est la Pâque, la Pâque du Seigneur !
Le Christ Dieu nous conduit
de la mort à la vie,
de la terre aux cieux,
et nous chantons sa victoire :

Christ est ressuscité d'entre les morts !
Par la mort, il a détruit la mort !
À ceux qui sont au tombeau,
Il accorde la vie !

Que le ciel se réjouisse,
que la terre soit en fête,
que soit dans l'allégresse
le monde visible et invisible,
car le Christ est ressuscité,
lui, la joie éternelle :

La destruction de la mort, célébrons-la,
et la ruine de l'enfer.
Louons l'auteur
d'une vie neuve et immortelle,
le Dieu unique de nos pères,
le Béni, le Glorieux :

Ô Pâque grande et toute sainte, ô Christ,
Ô Sagesse, ô Verbe de Dieu, ô Force,
fais que nous te soyons unis
en parfaite vérité,
au jour sans fin de ton Royaume :

Une Pâque sacrée nous est apparue :
Pâque nouvelle et sainte, Pâque mystique,
Pâque très pure, Pâque du Christ, notre Sauveur,
Pâque immaculée, Pâque grandiose,
Pâque des croyants,
Pâque qui sanctifie les fidèles,
Pâque qui ouvre le Paradis :

Voici le jour de la Résurrection !
En cette solennité, rayonnons de joie.
Embrassons-nous les uns les autres.
À ceux même qui nous haïssent, disons : Frères !
Pardonnons tout à cause de la Résurrection
et chantons :

Christ est ressuscité d'entre les morts !
Par la mort, il a détruit la mort !

À ceux qui sont au tombeau,
Il accorde la vie ! »

Hymne de la liturgie byzantine
« Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade. Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi »
Jean 21

Dieu qui nous as ouvert la vie éternelle en exaltant ton Fils dans la gloire et en nous envoyant ton Esprit de lumière, fais qu’en participant à une telle grâce, nous soyons plus dévoués à te servir et obtenions une plus grande foi. Amen.

Samedi 18 mai

« Esprit comme une sève
irriguant le corps de Marie,
Esprit comme une sève
irriguant le tronc de ton peuple,
tu féconderas notre peu de foi.

Souffle de Dieu, donne le jour,
Souffle de Dieu, donne la vie !

Esprit comme le feu
élevant la voix des prophètes,
Esprit comme le feu
relevant Jésus de la mort,
tu l’emporteras sur notre péché.

Souffle de Dieu, donne le jour,
Souffle de Dieu, donne la vie !

Esprit comme le vent,
nous ne savons pas d’où tu viens,
Esprit comme le vent,
nous ne savons pas où tu vas,
tu nous donneras de ta liberté.

Souffle de Dieu, donne le jour,
Souffle de Dieu, donne la vie !

Esprit comme le vin,
nous tenons de toi notre soif,
Esprit comme le vin,
nous tenons de toi notre espoir,
tu nous rythmeras la fraternité »
Hymne
« En ce temps-là, Jésus venait de dire à Pierre : « Suis-moi. » S’étant retourné, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait. C’est lui qui, pendant le repas, s’était penché sur la poitrine de Jésus pour lui dire : « Seigneur, quel est celui qui va te livrer ? » Pierre, voyant donc ce disciple, dit à Jésus : « Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? » Jésus lui répond : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. » Le bruit courut donc parmi les frères que ce disciple ne mourrait pas. Or, Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait pas, mais : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? » C’est ce disciple qui témoigne de ces choses et qui les a écrites, et nous savons que son témoignage est vrai. Il y a encore beaucoup d’autres choses que Jésus a faites ; et s’il fallait écrire chacune d’elles, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l’on écrirait »
Jean 21

Au terme de ces fêtes pascales, accorde-nous, Dieu tout-puissant, de garder la Pâque de ton Fils présente dans notre vie. Amen.

Dimanche 19 mai - Pentecôte

« Esprit de Dieu, tu es le feu,
Patiente braise dans la cendre,
À tout moment prête à surprendre
Le moindre souffle et à sauter
Comme un éclair vif et joyeux
Pour consumer en nous la paille,
Éprouver l’or aux grandes flammes
Du brasier de ta charité.

Esprit de Dieu, tu es le vent,
Où prends-tu souffle, à quel rivage ?
Élie se cache le visage
À ton silence frémissant.
Aux temps nouveaux tu es donné,
Soupir du monde en espérance,
Partout présent comme une danse,
Éclosion de ta liberté.

Esprit de Dieu, tu es rosée
De joie, de force et de tendresse,
Tu es la pluie de la promesse
Sur une terre abandonnée.
Jaillie du Fils ressuscité,
Tu nous animes, source claire,
Et nous ramènes vers le Père,
Au rocher de la vérité »
Tropaire C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement. J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître. Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître »Jean 15 & 16

Aujourd’hui, Seigneur, par le mystère de la Pentecôte, tu sanctifies ton Église chez tous les peuples et dans toutes les nations ; répands les dons du Saint-Esprit sur l’immensité du monde, et continue dans le cœur des croyants l’œuvre d’amour que tu as entreprise au début de la prédication évangélique. Amen.

Lundi 20 mai – Bhse Marie, Mère de l’Eglise

« Tu es pour les habitants des cieux un astre resplendissant de charité, Vierge,
et pour nous, mortels, une source vive et débordante d’espérance.

Tu es si puissante, très haute Dame,
sur le cœur aimant de ton Fils,
que celui qui demande avec confiance est sûr par toi d’être exaucé.

Ta bonté ne vient pas seulement au secours de ceux qui t’implorent,
mais souvent elle se plaît à devancer les vœux de ceux qui prient.

En toi est la miséricorde,
en toi la magnificence ;
toute la bonté du monde
en toi se trouve rassemblée.

Gloire au Père, au Consolateur et à ton Fils,
qui t’ont enveloppée du vêtement admirable de la grâce »
Hymne AELF

« En ce temps-là, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé, pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. » Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. Comme c’était le jour de la Préparation (c’est-à-dire le vendredi), il ne fallait pas laisser les corps en croix durant le sabbat, d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque. Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes. Les soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis de l’autre homme crucifié avec Jésus. Quand ils arrivèrent à Jésus, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau »
Jean 19

Dieu, Père de toute miséricorde, ton Fils unique, cloué sur la croix, a voulu que la bienheureuse Vierge Marie, sa mère, soit aussi notre mère ; accorde à ton Église, soutenue par son amour, la joie de donner naissance à des enfants toujours plus nombreux, de les voir grandir en sainteté et d’attirer à elle toutes les familles des peuples. Amen.

Mardi 21 mai

« Pour le don de la terre,
Béni sois-tu, Seigneur !
Du milieu des eaux,
Voici qu'elle apparaît
Au troisième jour,
Un vent fertile la parcourt !

Ta parole ruisselle
En fécondant le sol :
Le long des vallées
Toute semence éclot
Au troisième jour,
Ton Verbe exulte en ce séjour !

À l'Orient de ce monde
Est le jardin d'Eden :
Il attend celui
Qui dort en ton désir
Au troisième jour,
L'homme héritier de ton amour !

Patiemment le grand arbre
Fera mûrir son fruit ;
Et la graine enfin
Sera germe sauveur
Au troisième jour :
Ta vie se donne pour toujours ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache, car il enseignait ses disciples en leur disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. » Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger. Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda : « De quoi discutiez-vous en chemin ? » Ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé »
Marc 9

Nous t’en prions, Dieu de miséricorde, sur les hommes qui n’ont pas reçu ta lumière, fais lever ton soleil, Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Mercredi 22 mai

« Tu es venu, Seigneur,
Dans notre nuit,
Tourner vers l’aube nos chemins ;
Le tien pourtant reste caché,
L’Esprit seul nous découvre
Ton passage.

Pour nous mener au jour,
Tu as pris corps
Dans l’ombre humaine où tu descends.
Beaucoup voudraient voir et saisir :
Sauront-ils reconnaître
Ta lumière ?

Nous leur disons : « Voyez
Le grain qui meurt !
Aucun regard ne l’aperçoit ;
Mais notre cœur peut deviner ;
Dans le pain du partage
Sa présence. »


Puis nous portons vers toi,
Comme un appel,
L’espoir des hommes d’aujourd’hui.
Mûris le temps, hâte le Jour,
Et que lève sur terre
Ton Royaume !»
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jean, l’un des Douze, disait à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser les démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il n’est pas de ceux qui nous suivent. » Jésus répondit : « Ne l’en empêchez pas, car celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, mal parler de moi ; celui qui n’est pas contre nous est pour nous »
Marc 9

Dieu qui as séparé la lumière et les ténèbres, toi qui as appelé la lumière « jour » et les ténèbres « nuit », arrache aussi nos cœurs à l’obscurité du péché et fais-nous parvenir à la vraie lumière qui est le Christ. Amen.

Jeudi 23 mai

« Naître du ciel
De ton regard
Dieu de nos veilles.
Qu’en toute nuit
L’aube toujours tienne parole,
Eveille en nous ton peuple,
Le peuple de ton rêve
Dieu de nos veilles.

Vivre ce jour
Sous ton regard,
Dieu éternel.
Dans le huis clos
A ciel ouvert de la prière,
Printanise ton peuple,
En peuple de ta sève,
Dieu éternel.

Porter ta joie
Dans nos regards,
Dieu des merveilles.
Porter le chant,
Le quatuor des Evangiles.
L’Église soit ton peuple,
Le peuple sui se lève,
Dieu des merveilles ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Celui qui vous donnera un verre d’eau au nom de votre appartenance au Christ, amen, je vous le dis, il ne restera pas sans récompense. Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas. Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le. Mieux vaut pour toi entrer estropié dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux pieds. Si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le. Mieux vaut pour toi entrer borgne dans le royaume de Dieu que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux yeux, là où le ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas. Chacun sera salé au feu. C’est une bonne chose que le sel ; mais s’il cesse d’être du sel, avec quoi allez-vous lui rendre de la saveur ? Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous »
Marc 9

Dieu qui nous as fait parvenir au début de ce jour, sauve-nous aujourd'hui par ta puissance : que nos cœurs ne s'abandonnent pas au péché mais que, par nos pensées, nos paroles et nos actes, nous cherchions la justice du Royaume. Amen.

Vendredi 24 mai

« Pèlerin sur la terre,
Chaque jour, je te cherche,
Mais où te trouver, Seigneur ?
Rassemble ton regard
Vers le fond de ton cœur :
Je suis là qui te cherche.

Affamé de justice,
Au matin je t'espère,
Comment apaiser ma faim ?
Reçois l'eucharistie
Et ma vie partagée :
Ton désir, je l'espère.

Angoissé du silence,
Dans le soir je t'appelle,
Mon cri, l'entends-tu monter ?
Apprends à écouter,
Exorcise ta peur :
Mon silence t'appelle.

Attiré par le Père,
Dans la nuit je te guette,
Jésus, viendras-tu bientôt ?
Je frappe à ta maison
Et j'attends : ouvre-moi,
Ton accueil, je le guette.

Pèlerin sur la terre,
Chaque jour je te cherche,
Mais tu m'as trouvé, Seigneur »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)
« En ce temps-là, Jésus arriva dans le territoire de la Judée, au-delà du Jourdain. De nouveau, des foules s’assemblèrent près de lui, et de nouveau, comme d’habitude, il les enseignait. Des pharisiens l’abordèrent et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? » Jésus leur répondit : « Que vous a prescrit Moïse ? » Ils lui dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. » Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos cœurs qu’il a formulé pour vous cette règle. Mais, au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme. À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare ! » De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question. Il leur déclara : « Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère »
Marc 10

Nous t'en prions, Seigneur, toi qui es la vraie lumière et le créateur de la lumière : garde-nous attentifs à ta foi pour que nous vivions dans ta clarté. Amen.

Samedi 25 mai – St Bède le Vénérable

« Toi dont la vie tout entière
Nous transmet son message,
Disciple du Seigneur,
L'Eglise te bénit.
Que ta parole fasse encore
Briller sur nous la lumière
Du Verbe de Dieu.

Tu as puisé ta Sagesse
Dans l'écoute du Livre,
L'Esprit t'a fait goûter
Les mots qui donnent vie.
Avec patience, avec audace,
Tu as scruté le Mystère
Du Verbe fait chair.

Et c'est à lui le seul Maître
Que tu rends témoignage :
"En lui, la vérité,
En lui le Don de Dieu !"
Qu'à ton appel nos voix répondent
En proclamant les merveilles
Du Verbe de vie »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, des gens présentaient à Jésus des enfants pour qu’il pose la main sur eux ; mais les disciples les écartèrent vivement. Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent. Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. » Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains »Marc 10

Dieu qui éclaire ton Eglise par le savoir de saint Bède le Vénérable, accorde à tes serviteurs la lumière de son enseignement et l’appui de ses mérites. Amen.

Dimanche 26 mai - Trinité

« Lumière éternelle,
Dieu trois fois saint,
Entends la prière
Des pauvres qui te supplient.

Leurs voix te bénissent,
Toi le Très-Haut,
Glorifiant le Père,
Le Fils et l’Esprit d’amour.

Source et plénitude
Seul Tout-Puissant,
Tu es la lumière
De ceux qui ont foi en toi

Toi notre origine,
Toi notre fin,
Toi seul tu consoles,
Toi seul, tu combles à jamais.

Vérité vivante,
Feu, charité,
Remplis de ta grâce
Les cœurs que tu as créés.

Qu’ils te louent sans cesse,
Dieu trois fois saint,
Foyer où converge
L’espoir de tous les vivants »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde »
Jean 3

Dieu notre Père, tu as envoyé dans le monde ta Parole de vérité et ton Esprit de sainteté pour révéler aux hommes ton admirable mystère ; donne-nous de professer la vraie foi en reconnaissant la gloire de l’éternelle Trinité, en adorant son Unité toute-puissante. Amen.

Lundi 27 mai – St Augustin de Cantorbéry

« Unique Berger, ô Jésus,
Ta main se pose
Sur l’épaule de cet homme:
Par lui tu mènes ton troupeau:
Ce berger, à ton image,
Tu le façonnes.

Sans cesse ta main l’affermit,
Pour qu’il chemine
Dans la force et la patience;
Et lui s’efface devant toi:
Pur reflet, parmi ses frères,
De ta présence.

L’Église, de toi, l’a reçu,
Il passe en tête
Pour marcher vers les montagnes:
Vers toi, la Tête, ô Jésus,
Il oriente tout le peuple
Qui l’accompagne.

Vers toi il aimante l’amour
De ceux qui l’aiment,
Et lui-même, à toi, se donne;
Tu le consacres dans l’Esprit,
Et déjà, de ta lumière,
Tu l’environnes »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Jésus se mettait en route quand un homme accourut et, tombant à ses genoux, lui demanda : « Bon Maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ? » Jésus lui dit : « Pourquoi dire que je suis bon ? Personne n’est bon, sinon Dieu seul. Tu connais les commandements : Ne commets pas de meurtre, ne commets pas d’adultère, ne commets pas de vol, ne porte pas de faux témoignage, ne fais de tort à personne, honore ton père et ta mère. » L’homme répondit : « Maître, tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse. » Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima. Il lui dit : « Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres ; alla tout triste, car il avait de grands biens. Alors Jésus regarda autour de lui et dit à ses disciples : « Comme il sera difficile à ceux qui possèdent des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu ! » Les disciples étaient stupéfaits de ces paroles. Jésus reprenant la parole leur dit : « Mes enfants, comme il est difficile d’entrer dans le royaume de Dieu ! Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu. » De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux : « Mais alors, qui peut être sauvé ? » Jésus les regarde et dit : « Pour les hommes, c’est impossible, mais pas pour Dieu ; car tout est possible à Dieu»
Marc 10

Dieu qui répandis la lumière de l’Evangile sur les peuples de l’Angleterre par la prédication de saint Augustin de Cantorbéry, permets que ses travaux continuent de porter des fruits dans ton Eglise. Amen.

Mardi 28 mai

« Pose sur nous ton regard,
Jésus de Galilée :
Près du rivage
Tu venais marcher,
Voix de terre lointaine
Au bord d'un monde qui s'éveille,
Verbe à l'homme envoyé !

Tu as semé ici-bas
Un peu de ta clarté :
Toi le visage
De l'humanité,
Tu éclaires le monde
Et portes l'ombre en ta prière,
Toi, le Fils premier-né !

La nuit aussi brillera
Si Dieu vient l'habiter…
Il n'est de Pâque
Sans l'obscurité :
Tu es mort comme un pauvre,
Confiant ton souffle aux mains du Père,
Toi, le Fils bien-aimé !

Que telle soit notre part
Au jour d'éternité :
Sur le rivage
Te voir approcher,
Et dans l'aube nouvelle,
Être avec toi la joie du Père,
Nous, les fils pardonnés »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, Pierre se mit à dire à Jésus : « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre. » Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : nul n’aura quitté, à cause de moi et de l’Évangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants ou une terre sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions, et, dans le monde à venir, la vie éternelle. Beaucoup de premiers seront derniers, et les derniers seront les premiers »
Marc 10

Seigneur, Roi du ciel et de la terre, dirige et sanctifie, ordonne et gouverne aujourd'hui nos cœurs et nos corps, nos pensées, nos paroles et nos actions : fais-nous suivre ta volonté et tes ordres afin qu'ici bas et pour toujours nous vivions, par ta grâce, libres et sauvés. Amen.

Mercredi 29 mai

« Notre Père silencieux,
C’est ta gloire que murmure
Le firmament des cieux,
Mais qui peut l’entendre ?
Fais connaître sur la terre
La puissance de ton Nom !

Toi qui règnes sur nos vies
Par le sceptre de ton Verbe
Sans violence ni cris,
Où donc est ta force ?
Oriente vers ta grâce
Les désirs de notre cœur !

Dieu plus grand que notre faim,
C’est ton Fils que tu nous offres
Quand nous mendions du pain :
Quelle étrange aumône !
Viens ouvrir nos mains de pauvres

Tu pardonnes sans compter,
Espérant que ta clémence
Nous pousse à la bonté,
Mais le mal nous ronge !
Donne aux hommes d’être frères,
Tous enfants d’un même Amour ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, les disciples étaient en route pour monter à Jérusalem ; Jésus marchait devant eux ; ils étaient saisis de frayeur, et ceux qui suivaient étaient aussi dans la crainte. Prenant de nouveau les Douze auprès de lui, il se mit à leur dire ce qui allait lui arriver : « Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort, ils le livreront aux nations païennes, qui se moqueront de lui, cracheront sur lui, le flagelleront et le tueront, et trois jours après, il ressuscitera. » Alors, Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchent de Jésus et lui disent : « Maître, ce que nous allons te demander, nous voudrions que tu le fasses pour nous. » Il leur dit : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? » Ils lui répondirent : « Donne-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire. » Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, être baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé ? » Ils lui dirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « La coupe que je vais boire, vous la boirez ; et vous serez baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé. Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé. » Les dix autres, qui avaient entendu, se mirent à s’indigner contre Jacques et Jean. Jésus les appela et leur dit : « Vous le savez : ceux que l’on regarde comme chefs des nations les commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude »
Marc 10

Tu as voulu, Seigneur, que la puissance de l'Évangile travaille le monde à la manière d'un ferment ; veille sur tous ceux qui ont à répondre à leur vocation chrétienne au milieu des occupations de ce monde : qu'ils cherchent toujours l'Esprit du Christ, pour qu'en accomplissant leurs tâches d'hommes, ils travaillent à l'avènement de ton Règne.

Jeudi 30 mai

« Vienne le temps de grâce,
Le Jour au-delà des jours,
Au-delà des nuits.
Vienne Dieu
Plus proche que tout,
Et nous irons vers la lumière !

Vienne le temps de grâce
Le temps de l’amour vainqueur,
De l’amour en croix.
Vienne Dieu
Plus jeune que tout,
Nous guérissant par sa lumière !

Vienne le temps de grâce
Le temps à jamais présent
De l’amour offert.
Vienne Dieu
Seigneur des vivants
Qui nous dévoile sa lumière ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ce temps-là, tandis que Jésus sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, le fils de Timée, Bartimée, un aveugle qui mendiait, était assis au bord du chemin. Quand il entendit que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier : « Fils de David, Jésus, prends pitié de moi ! » Beaucoup de gens le rabrouaient pour le faire taire, mais il criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! » Jésus s’arrête et dit : « Appelez-le. » On appelle donc l’aveugle, et on lui dit : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle. » L’aveugle jeta son manteau, bondit et courut vers Jésus. Prenant la parole, Jésus lui dit : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » L’aveugle lui dit : « Rabbouni, que je retrouve la vue ! » Et Jésus lui dit : « Va, ta foi t’a sauvé. » Aussitôt l’homme retrouva la vue, et il suivait Jésus sur le chemin »
Marc 10

Tu demandes à l'humanité, Dieu créateur, de se perfectionner de jour en jour et d'achever par son travail l'œuvre immense de la création ; aide-nous à faire que tous les hommes aient des conditions de travail qui respectent leur dignité : qu'en s'efforçant d'améliorer leur propre sort, ils agissent avec un esprit de solidarité et de service. Amen.

Vendredi 31 mai - Visitation

« Marie se hâte
Par les montagnes
Se murmurant les mots de l’ange.
Dieu dans sa tendresse
A tenu promesse :
Il visite et rachète son peuple.

Arche d’alliance,
Marie s’avance,
Berçant d’amour la loi nouvelle.
Dans son sein repose
La Parole enclose :
Le Messie, le Soleil de justice !

Un grand mystère !
Devenue mère
Élisabeth chante la grâce.
En elle tressaille
Celui qui témoigne :
Jean déjà reconnaît la lumière.

Tu es heureuse,
Ô bienheureuse,
Tu es bénie entre les femmes !
Ta joie d’âge en âge
Transmet ce message :
« Le Puissant fit pour moi des merveilles ! »
Hymne C.f.c. (Commission francophone cistercienne)

« En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. » Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle »
Luc 1

Dieu tout-puissant, tu as inspiré à la Vierge Marie, qui portait en elle ton propre Fils, de visiter sa cousine Élisabeth ; accorde-nous d’être dociles au souffle de l’Esprit afin de pouvoir nous aussi te magnifier éternellement. Amen.