Vous êtes ici: Page d'accueil

Le mot de Mère Abbesse

Septembre… Pour la plupart des personnes en activité, les vacances sont terminées. Et c’est la reprise du travail. Pour les plus jeunes, c’est la reprise de l’école, des études. L’important est de recommencer cette nouvelle année avec un réel enthousiasme au fond de son cœur. La vie n’est pas facile pour beaucoup, l’ambiance générale n’est pas à l’euphorie, les nouvelles du monde apportent toujours leur lot de détresse, de souffrance, d’horreur, de mort…
Mais pourtant, la vie continue et elle ne s’imagine pas sans nous. Nous avons notre part dans ce qui se vit, dans ce que nous vivons. Comment ? Il y a bien des événements sur lesquels nous n’avons aucune prise, ils nous échappent et s’imposent à nous. Notre part sera dans la manière dont nous allons accueillir l’événement, dans la manière dont nous allons le porter, l’assumer. C’est-à-dire dans le regard que nous allons porter sur lui. Qu’allons-nous en faire qui puisse nous conduire vers la vie, vers la joie, vers la paix intérieure, vers l’amour?
En ce mois de septembre, deux fêtes vont nous apporter une lumière. Le 8 septembre, nous fêtons la Nativité de la Vierge Marie, fête lumineuse qui nous renvoie à l’origine du salut. Une enfant de lumière entre dans la vie des hommes et elle portera le Fils du Très-Haut. Qui pouvait le déceler à la naissance de Marie ? Le 14 septembre, nous fêtons la Sainte Croix. Jésus, le Fils de Marie est entré dans le monde pour donner sa vie pour chacun de nous. Il en mourra sur une croix qui deviendra l’arbre de la Vie. Qui pouvait le déceler à la naissance de Jésus ? Marie, à la naissance comme à la mort de son Fils, est restée dans la ferme conviction que le dessein de Dieu passait par ce chemin de joie, de douleur et de confiance, celle de la résurrection. Osons peut-être aborder cette nouvelle année avec la confiance de celui qui sait que tout advient pour que le Royaume advienne. Nous ne sommes pas un pion sur l’échiquier, nous faisons partie intégrante de la venue du Royaume en nous et autour de nous.

Mère Marie Christine