Vous êtes ici: Page d'accueil


Le mot de Mère Abbesse


En ce mois de février, notre Pape François nous propose – comme il le propose chaque mois – une intention de prière. Il nous demande de prier et d’accueillir les personnes en situation difficile. Il joint les actes à la prière. Ces personnes en situation difficile, ce sont toutes les personnes qui connaissent l’épreuve, en particulier celles qui sont pauvres, réfugiées ou marginalisées, afin qu’elles trouvent dans nos communautés accueil et réconfort.
Qui ne connaît pas au moins une personne qui traverse des temps difficiles en raison de l’épreuve de la maladie, du chômage, du deuil… qui ne rencontre jamais de pauvres, de ces frères qui vivent dans la rue, qui ne mangent pas à leur faim, qui ne peuvent se chauffer, ni se vêtir correctement, qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté… Les réfugiés, nous savons que notre Pape en a un souci réel et qu’il appelle à ouvrir ses frontières plutôt que de les fermer, à ouvrir des portes plutôt que de construire des murs. En entendant le nouveau président des Etats Unis, nous pouvons nous demander quel monde il veut construire. Les marginalisés, ils sont de tous genres mais certains le deviennent par choix. Ils ne veulent pas d’une société où l’argent, le bénéfice, la puissance, le bien être égoïste sont les seuls moteurs. Et il y a tous ceux que notre société marginalise.
Alors, comment répondre à l’appel du Pape ? Peut-être nous faut-il, à notre place, devenir des hommes, des femmes de relations, d’ouvertures, de partage qui ne vivent pas dans la peur, mais qui souhaitent vivre de l’Evangile. Il nous faudra sûrement aller à contre-courant pour avoir un cœur libre et aimant à l’image de ceux et celles qui donnent leur vie, pensons à nos frères de Tibhirine, au Père Jacques Hamel et à combien d’autres.


Mère Marie Christine