Vous êtes ici: Page d'accueil

Le mot de Mère Abbesse

En ce mois de juillet, notre communauté va vivre un événement important : la profession solennelle de sœur Magdalena. Après plusieurs années durant lesquelles elle a vérifié, avec nous, son appel à la vie monastique cistercienne, sœur Magdalena qui est née en Slovaquie, a choisi de s’engager définitivement dans notre communauté de Sainte Marie du Rivet pour y vivre une vie de suite du Christ dans la tradition cistercienne, pour faire mémoire de ce qui l’a menée au Christ. C’est un événement communautaire, mais aussi un événement d’Église. Evénement communautaire, puisque sœur Magdalena va prononcer les vœux de stabilité, de conversion de vie et obéissance selon la Règle de Saint Benoît, devant Dieu et tous les saints, particulièrement ceux dont les reliques sont vénérées au monastère, en présence de l’Abbesse et de la communauté. Evénement d’Église puisque le diocèse sera représenté avec la présence de notre évêque auxiliaire, Monseigneur Laurent Dognin et le monde monastique avec la présence de Dom Pierre-André Burton, Abbé de Sainte Marie du Désert, abbaye cistercienne en lien avec notre communauté.
La célébration aura lieu le dimanche 6 juillet lors de l’eucharistie à 10 h 30. Le peuple de Dieu y est invité, car c’est un moment de grâces, un moment de joie profonde.
Le rite de la profession solennelle débute avec un « interrogatoire ». L’Abbesse pose une question à la professe : « Que demandes-tu ? ». La réponse est : « La miséricorde de Dieu et celle de l’Ordre » (cistercien). Nous sommes tous faibles et notre suite du Christ est marquée par une succession de chutes et de résurrection. Seule la miséricorde nous permet de rester debout, de nous relever. Puis après l’homélie, l’évêque vérifie devant l’assemblée que sœur Magdalena s’engage librement. Ensuite s’écoule la litanie des saints. Tous et toutes avons besoin de leur soutien, de leur exemple. Ils sont parvenus dans la gloire, à nous de les suivre et de les implorer. Sœur Magdalena lira ensuite sa formule de profession, la cédule qu’elle signera sur l’autel et elle chantera le Suscipe : « Accueille-moi, Seigneur, selon ta parole et je vivrai, ne déçois pas mon attente ». Verset qui sera repris par la communauté, chacune renouvelant ainsi sa propre profession. Viendra après ce chant, la grande prière de consécration, prière trinitaire marquée par notre triple Amen. Enfin, ce sera la remise de la coule – le vêtement monastique par excellence – et du voile noir. Puis chacune de nous accueillera la nouvelle professe par le baiser de paix. Célébration simple, mais dense. Que vous soyez avec nous, que vous soyez unis par la prière ou la pensée, nous demanderons que la grâce de Dieu retombe sur vous et vous emplisse de joie.

Mère Marie Christine